Tirs entre bandes rivales à Valence : des CRS en renfort, le maire appelle à l'aide

Des tirs entre bandes rivales ont provoqué de très nombreuses réactions politiques et l'envoi d'un renfort de CRS à Valence le 1er mai.

AFFRONTEMENTS - De violents heurts sont survenus dans la nuit de vendredi à samedi dans le quartier de Fontbarlettes à Valence. Condamnant fermement ces "actes injustifiables", la préfecture a dépêché en renfort sur les lieux plusieurs dizaines de CRS. Le maire de la ville a réagi sur LCI.

Les images semblent sortis d'un mauvais film d'action. Dans la nuit de vendredi à samedi, de violents affrontements entre bandes rivales ont eu lieu à Valence. Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, une dizaine d'individus habillés de noir, capuche sur la tête et masqués, invectivent un groupe rival sur le parking d'un immeuble alors que des coups de feu sont tirés. Un des assaillants est même filmé en train de viser avec son arme de poing derrière une voiture. 

Le "cri d'alerte" du maire

Interpellé sur cet épisode violent, le préfet a affirmé qu'il s'agissait d'un "différend" entre un jeune du quartier du Plan et un groupe du quartier de Fontbarlettes "sur fond de trafic de stupéfiants". "Aucune personne n'a été blessée", précise-t-il en dépit "des impacts de balles et des douilles de 9 mm retrouvés".  Le préfet a condamné des "actes aussi scandaleux qu’injustifiables" et annoncé l'ouverture d'une enquête pour "donner à cette affaire une suite judiciaire qu'elle mérite". "Les auteurs de ces agissements particulièrement graves seront identifiés et déférés à la justice", assène-t-il. 

Sur LCi, le maire LR de Valence, Louis Daragon a lancé un "cri d'alerte" pour obtenir des renforts pérenne dans sa commune. 

Une quarantaine de CRS ont été dépêchés sur place par la préfecture de la Drôme. Depuis leur arrivée samedi après-midi, aucun nouvel accident n'a été signalé. Des effectifs policiers ont aussi été déployés dans le quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Valence où des violences ont été observées "depuis quelques jours".

Lire aussi

En vidéo

"Je lance un cri d'alerte" : le maire de Valence appelle à l'aide après des tirs entre bandes rivales

Plusieurs personnalités politiques ont rapidement dénoncé ces nouveaux affrontements. Il y a "un état d’urgence absolue dans nos quartiers. Avec la même détermination, l’État doit aujourd’hui agir pour garantir la sécurité de tous, avant qu’il ne soit trop tard", a ainsi réagi dans un communiqué le maire LR de Valence, Nicolas Daragon (voir la vidéo ci-dessus).

Marine Le Pen (RN) a, elle, souligné que ces événements étaient "symptomatiques du délitement de l’Etat et de la montée en puissance de barbares qui ont la certitude de l’impunité". "Imagine-t-on 5 ans supplémentaires de ce chaos avec Macron ?", s'interroge-t-elle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Policier tué à Avignon : le collègue d'Eric Masson présent lors du meurtre reconnaît formellement le principal suspect

EN DIRECT - Tensions israélo-palestiniennes : la France appelle à un "usage proportionné de la force"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.