Ultradroite : deux militants appelant à des "actions violentes" interpellés, des dizaines d'armes saisies

Image d'illustration

RADICALISES - Deux hommes visés par une enquête du parquet antiterroriste ont été interpellés, l'un à Montauban, l'autre en Gironde, ce mardi par la DGSI. "Plusieurs dizaines d'armes" ainsi que du "matériel entrant dans la composition d'explosifs" ont été découverts lors de perquisitions.

Nouveau coup de filet de la DGSI. Deux hommes de la mouvance ultradroite qui appelaient à des "actions violentes" ont été interpellés mardi, l'un à Montauban (Tarn-et-Garonne) et l'autre en Gironde, a-t-on appris mercredi de sources policière et judiciaire. Tous deux ont été placés en garde à vue.

Plusieurs dizaines d'armes trouvées

Les deux hommes ont été repérés par des échanges sur la messagerie cryptée Telegram où ils tentaient d'effectuer des "achats d'armes", avant d'être été arrêtés par les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on ajouté de mêmes sources.

Lors des perquisitions menées, "plusieurs dizaines d'armes de toutes sortes (des armes longues, courtes, des munitions etc...), ainsi que du matériel entrant dans la composition d'explosifs" ont été découverts, a poursuivi la source policière.

Aucun lien avec Rémy Daillet

L'homme interpellé à Montauban est un employé municipal de cette ville âgé de 46 ans, selon la source judiciaire, confirmant une information de La Dépêche du Midi. Tous deux appartiendraient à une tendance dite "accélérationniste", qui vise à provoquer ou encourager des affrontements entre communautés, selon cette source, et adeptes du survivalisme.

Les deux hommes n'ont, selon toujours cette même source, pas de lien avec Rémy Daillet, une figure de l'ultradroite incarcérée dans l'affaire de l'enlèvement au printemps dernier de la petite Mia et, le mois dernier, pour des projets d'attentats.

Le Parquet national antiterroriste a ouvert une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroristes et provocation directe par moyen de communication en ligne à un acte de terrorisme. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : la France prolonge la suspension des vols en provenance d'Afrique australe

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

Zemmour candidat : plusieurs médias et personnalités dénoncent l'utilisation d'images sans autorisation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.