Un adolescent de 15 ans tué par balles à Bondy, deux personnes placées en garde à vue

Un adolescent de 15 ans tué par balles à Bondy, deux personnes placées en garde à vue

SEINE-SAINT-DENIS - Un adolescent de 15 ans a été tué vendredi par une personne qui a pris la fuite à scooter à Bondy. Deux individus ont été placés en garde à vue, a annoncé samedi le parquet de Bobigny. Les gardes à vue ont été prolongées dimanche matin.

Le drame s'est produit vendredi, vers 17h10, rue Auguste-Blanqui à Bondy (Seine-Saint-Denis). Un adolescent de 15 ans a été tué par balles par un individu qui circulait à scooter avec une autre personne, selon des informations confirmées dans la soirée à LCI. Les auteurs étaient en fuite et activement recherchés. Ce samedi, le parquet de Bobigny a fait savoir à LCI que deux individus, présentés comme les "auteurs présumés" ont été placées en garde à vue pour "assassinat". Des gardes à vues prolongées dimanche matin, a indiqué le parquet de Bobigny à LCI. Âgées de 19 et 27 ans, ils se sont présentés d'eux-mêmes à la police vers 9 heures. Selon nos informations, les suspects seraient deux demi-frères originaires de Bondy, et connaissant la victime. 

L'adolescent se trouvait à l'intérieur d'une maison de quartier quand un tireur qui était dans la rue l'a atteint. Selon une source policière, deux hommes étaient arrivés à scooter, l'un avait mis pied à terre puis avait tiré sur l'adolescent. Puis ils avaient pris la fuite. Touché à la poitrine, le garçon est décédé vers 19 heures des suites de ses blessures. 

Lire aussi

L'enquête confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis

Dans le quartier pavillonnaire où est situé la maison de quartier qui abrite un centre de loisirs et des activités d'aide aux devoirs, l'effroi et la tristesse dominaient vendredi soir. Évoquant la victime, une mère de famille - en larmes - a témoigné anonymement auprès de l'AFP. "Mon fils fait de la boxe avec lui. Il m'a appelé, il était dans le centre et m'a dit 'mon copain est mort'. Ça aurait pu être mon fils. C'est un bon garçon, assidu à la boxe. Il ne faisait pas plus de bêtises que d'autres ados." Comme lui, des habitants massés derrière le cordon de sécurité mis en place par la police partageaient entre eux des photos et vidéos du garçon, souriant lors de compétitions de boxe ou au centre de loisirs avec ses copains du quartier, et le disaient "serviable, gentil et doux"

Selon les premiers éléments de l'enquête, un différend de nature inconnue opposait la victime à ses agresseurs depuis près d'un an. Une première altercation avait opposé samedi la victime et les deux individus, entraînant l'intervention des animateurs de l'espace Nelson Mandela situé à proximité, a indiqué le parquet de Bobigny dans un communiqué samedi soir. Une seconde altercation avait ensuite opposé le père de la victime à ces deux personnes, avant qu'il n'entre dans l'espace Mandela avec son fils. Les deux agresseurs présumés sont revenus par la suite, à bord d'un scooter et munis d'une arme. Le passager arrière a glissé le canon "dans l'entrebâillement de la boîte aux lettres, donnant directement dans la maison", faisant usage de son arme et blessant mortellement la victime. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la surmortalité des personnes nées à l'étranger deux fois plus élevée en 2020

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

La vidéo d'un adolescent de 13 ans abattu par un policier choque l'Amérique

Lire et commenter