Un policier jugé pour des tirs sans sommation sur des automobilistes près du bois de Boulogne

Un policier jugé pour des tirs sans sommation sur des automobilistes près du bois de Boulogne

JUSTICE - Un policier va être jugé le 20 mai 2021 pour avoir tiré sans sommation sur les passagers d'une voiture dans le bois de Boulogne en 2019, a indiqué samedi 12 décembre le parquet de Paris.

Des faits qui remontent au mois d'avril 2019 dans le bois de Boulogne. Un policier sera jugé le 20 mai pour avoir tiré sans sommation sur les passagers d'une voiture. L'un de ces jeunes hommes, que le policier avait accusé de violences, a pour sa part été relaxé lors de son procès le 4 novembre, selon une source judiciaire.

Toute l'info sur

L'épineuse question des violences policières

Le policier a été renvoyé en correctionnelle pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique" sur deux personnes et "dégradations" d'un véhicule, a précisé le parquet. L'agent, âgé de 28 ans, faisait partie de la brigade anti-criminalité de Boulogne (Hauts-de-Seine).

Lire aussi

Les policiers agissaient sans porter d'insigne

Selon Mediapart, qui avait révélé cette information, "ce policier avait fait feu, à deux reprises, contre une voiture occupée par six jeunes hommes âgés de 16 à 22 ans" au bois de Boulogne dans la nuit du 29 au 30 avril 2019. Alors que ceux-ci faisaient une virée dans le bois, les agents de la BAC avaient arrêté leur voiture, les soupçonnant d'un vol de sac à main, raconte Mediapart.

Les agents ne portant aucun signe d'identification (ni brassard, ni gyrophare), le conducteur du véhicule affirme avoir cru qu'il s'agissait de voyous voulant les braquer et avait fait marche arrière pour s'enfuir, heurtant un véhicule de police banalisé en reculant. Le policier de la BAC avait alors tiré à deux reprises sur le véhicule, sans sommation. 

Les six occupants du véhicule ont ensuite été interpellés et amenés au commissariat. Cinq d'entre eux ont été rapidement libérés sans être poursuivis pour vol, mais le conducteur a été accusé de violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique, avec arme par destination sans incapacité totale de travail, pour avoir percuté le véhicule de police en reculant. Il a été relaxé lors de l'audience, conformément aux réquisitions du parquet qui a changé de position pendant le procès. 

Des images de vidéosurveillance diffusées au tribunal ont en effet montré que les policiers agissaient sans porter d'insigne permettant de les identifier, selon Mediapart.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Biélorussie : l’ambassadeur de France forcé de quitter le pays

Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.