Affaire Zecler : détention provisoire requise pour trois policiers

Affaire Zecler : détention provisoire requise pour trois policiers

Le parquet de Paris requiert la détention provisoire pour trois des quatre policiers impliqués dans l'agression de Michel Zecler. Le procureur de la Républiquqe a aussi donné des détails sur leur version des faits.

Après deux jours de garde à vue, les quatre policiers soupçonnés d'avoir passé à tabac Michel Zecler sont désormais aux mains de la justice. Ils sont ce dimanche soir sur le point d'être mis en examen. Trois d'entre eux pour avoir roué de coups le producteur de musique, un autre pour avoir jeté une bombe lacrymogène dans son studio d'enregistrement dans le XIIe arrondissement de la capitale.

Toute l'info sur

Le WE

Pendant de longues heures d'interrogatoire, les policiers mis en cause ont tenté tant bien que mal de justifier leurs gestes. "Ils indiquaient avoir été dans l'incapacité de maitriser monsieur Zecler qui se débattait, et expliquaient les coups par la panique qui les avait saisis dans ce local, dont ils ne parvenaient pas à s'extraire en raison tant de la résistance de l'intéressé que de la configuration des lieux, très exigus", souligne le procureur de la République de Paris.

Les policiers affirment avoir cru que le studio de musique de Michel Zecler est un lieu public, et que s'y introduire était donc normal. Les quatre hommes nient en bloc toutes insultes racistes contre la victime. Ils plaident la bonne foi et jurent que leur récit de l'arrestation est parfaitement fidèle à la réalité. "Ils finissaient cependant par admettre que les coups portés n'étaient pas justifiés, et qu'ils avaient agi principalement sous l'effet de la peur ressentie dans le sas", précise Rémy Heitz.

es quatre fonctionnaires étaient jusqu'à présent bien notés par leur hiérarchie et n'avaient jamais parlé d'eux pour des violences. L'avocate de la victime, elle, parle d'une première victoire judiciaire. Elle se félicite que la parole de son client n'ait pas été remise en cause. "Bien évidemment, nous ne sommes que soulagés de cette décision de monsieur le procureur de la République puisqu'il a traité les policiers comme des citoyens qui auraient commis des faits aussi graves. Bien évidemment, et moi-même, j'ai soulagé mon client, aujourd'hui, il l'est vraiment", se réjouit Maitre Hafida El Hafi. Ce dimanche soir, le parquet de Paris réclame l'incarcération de trois des policiers. Une décision rarissime et symbolique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Quitté par son épouse Wanda, l'attaquant argentin Mauro Icardi ne s’entraîne plus avec le PSG

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.