VIDÉO - Cold cases : au cœur du "bunker" secret des gendarmes

VIDÉO - Cold cases : au cœur du "bunker" secret des gendarmes

ENQUÊTES - En France, 20% des affaires criminelles restent non élucidées. C’est au sein du "bunker" de la Gendarmerie nationale que sont conservés les scellés de ces cold cases, pour pouvoir être exhumés à tout moment.

Des centaines de milliers d’enveloppes de papier kraft, empilées sur des étagères jaunes. À l’intérieur, 240.000 prélèvements biologiques porteurs de traces ADN, qui renferment la mémoire de la Gendarmerie nationale. Ce "bunker", surnom de ce bâtiment de Cergy-Pontoise, dans le Val-d’Oise, renferme la division des cold cases, des affaires judiciaires non élucidées. 

Des bouts de vêtements, meubles, stylos sont conservés minutieusement pour éviter toute contamination, dans l’espoir de révéler de nouvelles traces biologiques et d’élucider ces affaires criminelles. 

Toute l'info sur

Le WE

"Vous êtes ici au service central des prélèvements biologiques. C’est un service national, unique en son genre, dont la mission est d’assurer la conservation des scellés qui contiennent des traces biologiques qui ont donné un profil génétique inconnu", explique au micro du 20H le lieutenant-colonel Frédéric Brard, expert en génétique et chef du service central de préservation des prélèvements biologiques (SCPPB).

Un mégot, clé de l'affaire Chillou

Les scellés, qui proviennent de scènes de crime, doivent pouvoir rester exploitables pendant 40 ans, et être exhumés à tout moment pour le besoin d’une enquête. Pour cela, ils sont conservés à une température ambiante de 19°C, à l’abri de la lumière du jour, des rayons UV et loin de l’humidité.

"Autant de paramètres qui vont nous permettre, dans la durée, d’espérer revenir sur ces scellés et détecter de nouvelles traces, en vue d’identifier les auteurs, comme ça a été le cas avec le mégot, dans l’affaire Chillou", détaille Frédéric Brard. 

Ce mégot a permis de résoudre une affaire judiciaire, 19 ans après les faits. Le 2 août 2001, Chantal de Chillou, une mère de famille de 55 ans, était retrouvée assassinée dans la Drôme. Après neuf ans d’enquête infructueuse, l’affaire a été classée. En 2020, alors que les faits risquent d’être prescrits, de nouvelles recherches ont été effectuées. Les experts du pôle judiciaire ont alors découvert l’ADN du meurtrier sur un mégot de cigarette. L’homme, déjà impliqué dans une affaire de viol, a été retrouvé puis condamné.

En vidéo

La crim relance ses cold cases

"Quand nous recevons un mégot, comme dans le cas de l’affaire Chillou, nous allons en prendre une petite partie que nous allons ensuite faire partir en analyses pour obtenir le profil génétique de la personne qui a fumé ce mégot", expose Amaury Pussiau, adjoint au chef du département d'analyses génétiques à l’Institut de recherche criminelle (IRCGN) de la Gendarmerie nationale.

Après huit heures de travail, un passage dans quatre salles différentes et dans trois machines, le mégot a révélé ces précieuses informations. 

On est vraiment capables de travailler sur des traces invisibles, et ça c’est révolutionnaire- Amaury Pussiau, à l'IRCGN de la Gendarmerie nationale

Des analyses qui restent extrêmement fiables : seulement une chance sur un milliard de faire un mauvais rapprochement. "Aujourd’hui, on est vraiment capables de travailler sur des traces invisibles, et ça c’est révolutionnaire. Quelque chose qui n’était pas forcément exploitable il y a vingt ans, avec l’avancée des technologies, on arrive maintenant à obtenir un profil génétique", s’enthousiasme Amaury Pussiau. 

Grâce au perfectionnement de ces techniques, les enquêteurs espèrent résoudre de nombreux autres cold cases. Aujourd’hui, en France, 20% des affaires criminelles restent non élucidées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

"The Voice" : en larmes, Jenifer annonce qu'on ne la reverra "probablement" plus dans l'émission

VIDÉOS - "The Voice All Stars" : la route d'Anne Sila vers la victoire, prestation après prestation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.