Après l'audition de Cédric Jubillar, ses avocats déposent une nouvelle demande de remise en liberté

Après l'audition de Cédric Jubillar, ses avocats déposent une nouvelle demande de remise en liberté

JUSTICE – Cédric Jubillar a été entendu pendant près de quatre heures, vendredi, par les juges en charge de l'enquête. Soupçonné du meurtre de sa femme, Delphine Jubillar, il a de nouveau clamé son innocence. Ses avocats déposeront lundi une nouvelle demande de remise en liberté.

Arrivé vers 8h35 au palais de justice de Toulouse ce vendredi, dans un fourgon de l’administration pénitentiaire, Cédric Jubillar a été entendu pendant près de quatre heures par les deux magistrates qui l'ont mis en examen pour le meurtre de sa femme en juin. 

Selon des informations de TF1/LCI, lors de ce premier interrogatoire en qualité de mis en examen, il a été interrogé sur ses relations avec sa femme Delphine, depuis leur rencontre jusqu’à la procédure de divorce qu’elle avait entamé avant de disparaître. 

"C'est la première fois qu'il va être interrogé sur le fond par les magistrates. On n'attend pas grand-chose de cette audition. On attend que les questions soient posées de manière objective, dans des conditions sereines, plus convenables que pendant la garde à vue", avait déclaré mardi à l'AFP Emmanuelle Franck, l'une des trois avocats du suspect. 

Peu après l'audition, la défense a indiqué à LCI que Cédric Jubillar avait à nouveau clamé son innocence, assurant qu'aucun élément nouveau n'était intervenu depuis son incarcération en juin. Les avocats ont également annoncé qu'ils allaient déposer une nouvelle demande de remise en liberté lundi, les trois dernières ayant été rejetée durant l'été. 

Toute l'info sur

La disparition de Delphine Jubillar

Depuis sa mise en examen, le peintre-plaquiste de 34 ans est le suspect principal dans le meurtre de sa femme. La maison a été perquisitionnée plusieurs fois et les résultats d'analyses de l'eau de la machine à laver et du siphon de la salle de bain viennent d'être rendus publiques. À l'arrivée des gendarmes dans la maison, le 16 décembre vers 4h50, Cédric Jubillar était en effet en train de faire tourner une machine à laver avec la couette de sa femme à l'intérieur.

 Mais aucune trace de sang n'a été retrouvée. Une preuve supplémentaire de l'innocence de son client pour l'un de ses avocats. "L’accusation considère qu’il aurait tenté de dissimuler ou de faire disparaitre des preuves de son forfait en nettoyant une couette ou des vêtements avec sa machine à laver, et que donc l’analyse de l’eau contenue dans le siphon permettrait de révéler et de déterminer cette participation-là. Il s’avère que c’est erroné", souligne Jean-Baptise Alary dans le sujet du 20H de TF1 en tête de cet article.

Un autre interrogatoire prévu le 3 décembre

Delphine Jubillar, qui travaillait comme infirmière de nuit dans une clinique à Albi, avait été signalée disparue par son mari, le 16 décembre à l’aube. Selon son témoignage, cette mère de deux enfants aurait quitté leur domicile de Cagnac-les-Mines (Tarn) le 15 au soir, vers 23 heures, pour promener leurs deux chiens. Ceux-ci seraient revenus seuls au domicile.

Un important dispositif se met alors en place pour retrouver Delphine Jubillar mais sans corps, ni aveux, ni preuve irréfutable, les gendarmes de la section de recherche de Toulouse ont longtemps piétiné. Si Cédric Jubillar est entendu par la justice, c’est en tant que partie civile. 

Jusqu’à sa mise en examen, le 18 juin 2020. Le procureur Dominique Alzeari évoque alors un "contexte de séparation très conflictuel" et fait état d'une violente dispute le soir du 15 décembre, dont aurait été témoin leur fils de 6 ans. Selon le magistrat, Cédric Jubillar a convenu être au courant que son épouse avait un "amant", la surveillait, se montrait "intrusif" parfois "brutal et agressif".

Lire aussi

Du côté des enquêteurs, les recherches continuent pour retrouver le corps de la jeune femme. La maison a été perquisitionné à plusieurs reprises, lacs, rivières et puits ont été sondés. La semaine dernière, des spéléologues ont même inspecté des friches industrielles datant de l'époque de l'exploitation minière, en vain. Un autre interrogatoire de Cédric Jubillar est d'ores et déjà programmé pour le 3 décembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.