Enlèvement de Mia dans les Vosges : 90 gendarmes à la recherche de la petite fille de 8 ans

Enlèvement de Mia dans les Vosges : 90 gendarmes à la recherche de la petite fille de 8 ans

L'enlèvement hier dans les Vosges d'une fillette de 8 ans par trois hommes inquiète les autorités. La mère de la petite Mia est au cœur des investigations. Les enquêteurs pensent qu'elle pourrait être à l'origine de ce kidnapping.

C'est dans cette maison des Poulières que l'enlèvement a eu lieu hier en fin de matinée. Trois hommes s'y présentent comme éducateur pour récupérer Mia, 8 ans, placée ici avec sa grand-mère. Lorsque cette dernière comprend le subterfuge, il est trop tard. Les ravisseurs sont déjà partis dans une camionnette grise. L'alerte enlèvement est lancé, en précisant que la mère de la fillette est aussi recherchée, car depuis le mois de décembre, la garde de sa fille lui a été retirée. Elle menaçait de s'enfuir avec elle.

Toute l'info sur

La petite Mia, 8 ans, retrouvée en Suisse

L'alerte enlèvement a été levé, mais 90 gendarmes sont toujours mobilisés pour retrouver Mia. Dans le village, la grand-mère, entourée de ses autres enfants, reste silencieuse pour l'instant. Depuis janvier, sa petite fille est scolarisée à l'école primaire. Le maire n'aurait jamais pu imaginer son enlèvement. Dans le village, ceux qui connaissent un peu la famille savent que la grand-mère et la mère de Mia étaient en désaccord. Ce soir, les ravisseurs sont toujours en fuite. Ils risquent jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

EN DIRECT - "L’objectif, tomber le masque d’ici la fin de l’été", affirme Alain Fischer, "Monsieur vaccin" du gouvernement

Procès de Nordahl Lelandais : "Si j’avais accepté sa demande, peut être qu’on aurait évité un drame"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.