Enquête : trafic de faux certificats démantelé en Isère

Enquête : trafic de faux certificats démantelé en Isère

À Grenoble, une jeune femme de 30 ans a été mise en examen ce samedi. Employée dans un centre de vaccination, elle est soupçonnée d'avoir monnayé de fausses attestations. Ces derniers jours, plusieurs affaires de ce type ont été révélées.

Un faussaire incognito dans un vaccinodrome. La jeune femme prise en flagrant délit était chargée de l'enregistrement des patients. Ses collègues ont donné l'alerte après avoir aperçu de faux pass sanitaires dans son sac à main. Il n'y a aucune prise de parole officielle du centre de vaccination, mais interrogée par notre équipe, le responsable de la sécurité laisse transparaître un certain embarras. "Normalement, c'est bien encadré. On est un peu tombé des nues. Même si ce n'est pas de notre fait, même si on n’est pas concerné directement voire même indirectement, c'est énervant", dit-il. Même indignation chez les patients, qui eux, ont eu la peine de venir se faire vacciner.

Toute l'info sur

Le WE

La suspecte a été mise en examen après avoir reconnu les faits. Les enquêteurs ont découvert à son domicile la somme de 750 euros en liquide, une liste de numéros de sécurité sociale, ainsi que d'autres cartes vitales sur son téléphone. C'est une mécanique bien huilée. Elle aurait facturé 250 euros par document lorsqu'il s'agissait de ses propres clients, 100 euros quand elle passait par un intermédiaire.

Comment a-t-elle pu sévir sans éveiller le moindre soupçon ? On sait encore peu de choses sur son profil et de ses antécédents. "C'est des vaccinodromes qui sont montées à la hâte, à la va-vite. On prend tout le monde et du coup, on n’a pas le profil à l'amont. Donc, est-ce que c'était une personne qui était déjà dans la criminalité ou dans le trafic, en sachant qu'on peut revendre ces QR Codes assez facilement parce qu'il y a une demande ? ", affirme Yannick Biancheri, secrétaire départemental en Isère du Syndicat Alliance Police. Plusieurs réseaux qui s'étaient enrichis en fournissant de faux pass ont été démantelés dans la région. C'est un délit passible de 7 ans de prison et 100 000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.