Mère de famille brûlée vive à Mérignac : ce féminicide aurait-il pu être évité ?

Mère de famille brûlée vive à Mérignac : ce féminicide aurait-il pu être évité ?

DRAME - Une femme âgée de 31 ans est morte après avoir été brûlée vive par son mari, mardi après-midi en pleine rue à Mérignac en Gironde. Interpellé peu après les faits, l'homme avait déjà été condamné pour des faits de violences conjugales sur son ex-femme.

Les habitants de Mérignac sont sous le choc. Mardi après-midi, Chahinez, mère de trois enfants âgée de 31 ans, est morte dans une rue de la ville après avoir été poursuivie, puis brûlée vive par son mari. La scène s'est déroulée vers 18h10. L'homme, poursuivant la jeune femme, lui a tiré plusieurs coups de feu dans les jambes jusqu'à ce qu'elle s'effondre. Il l'a ensuite aspergée d'un liquide inflammable alors qu'elle était encore en vie et l'a immolée par le feu. Le pavillon où vivait la victime et ses enfants a été partiellement incendié dans des circonstances qui n'ont pas été précisées.

Mais au lendemain de cet horrible meurtre, l'indignation se mêle au chagrin. Car l'homme de 44 ans était déjà connu des autorités. Condamné en 2015 pour des faits de violences avec arme, il a été condamné le 25 juin 2020 par le tribunal correctionnel de Bordeaux  à une peine de 18 mois de prison dont neuf assortis d'un sursis probatoire pendant deux ans, avec mandat de dépôt, pour avoir frappé sa femme. 

Toute l'info sur

Le 20h

Pas de bracelet électronique pour le mari, ni de téléphone grave danger pour la victime

Le 5 octobre 2020, il obtient par jugement du juge d'application des peines, une mesure de placement extérieur spécifique pour les auteurs de violences conjugales et sort de prison le 9 décembre. Depuis il était suivi par le service pénitentiaire d'insertion et de probation de la Gironde et avait l'interdiction d'entrer en contact avec son ex-femme et de paraître à son domicile. 

Il ne portait pas de bracelet électronique, ni de bracelet anti-rapprochement et la victime ne disposait pas de téléphone grave danger.

"La saisie des armes à feu, c'est un principe de précaution nécessaire et grâce à cela on pourrait sauver quelques vies par an"- Anne-Cécile Mailfert

Autre point embarrassant pour la police et les magistrats, Chahinez avait porté plainte le 15 mars dernier pour une agression commise en pleine rue. Eric Marrocq, secrétaire régional du syndicat Alliance police nationale, se souvient avoir reçu la plainte : "Il a voulu la faire monter de force dans son véhicule, elle a déposé plainte et comme on n’arrivait pas à la retrouver, on a diffusé une fiche de recherche", confie le représentant syndical. L'enquête était toujours en cours au moment du meurtre. 

Lors de son arrestation, l'homme portait "un fusil de calibre 12, un pistolet à gaz et une ceinture de cartouches", selon le parquet de Bordeaux qui a ouvert une enquête du chef d'homicide volontaire par conjoint et destruction par incendie. Elle a été confiée à la direction départementale de la Sécurité publique.

Lire aussi

Pour Anne-Cécile Mailfert, présidente de la fondation des femmes, il n'est pas normal que cet homme déjà condamné ne se soit pas fait confisquer ses armes. "La saisie des armes à feu, c'est un principe de précaution nécessaire et grâce à cela on pourrait sauver quelques vies par an et je crois que tout le monde devrait s'atteler à ce que l'on essaye de sauver la vie de ses femmes", a-t-elle déclaré avec émotion. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.