La RATP expérimente la vidéosurveillance sur ses lignes les plus sensibles

La RATP expérimente la vidéosurveillance sur ses lignes les plus sensibles

Face à l'immense défi de la sécurité à bord de ses bus, la RATP y a installé des caméras de surveillance. Mais le recours à l'intelligence artificielle n'est pas si simple sur le plan légal.

Aujourd'hui en cas d'incivilité ou d'altercation dans un bus de la RATP, le PC sécurité dans le centre de Paris entend les sons à bord. Mais il est aveugle pendant plusieurs dizaines de minutes à cause du délai de récupération de la vidéo à partir du disque dur. Depuis un an et demi, le transporteur teste des images en temps réel sur la ligne 170, entre la gare de Saint-Denis et Porte des Lilas dans le nord de la capitale. C'est l'un des itinéraires les plus sensibles du réseau. Trois véhicules sont équipés.

Toute l'info sur

Le WE

Au PC, en quelques clics, un agent passe d'un bus à l'autre. Une démultiplication de la surveillance est une efficacité accrue grâce au support de l'image. Il y a 18 caméras à scruter, mais bientôt, l'ensemble de la ligne sera concerné. Mettre plus d'agents derrière les écrans ne suffira pas. À terme, toutes les lignes difficiles devraient bénéficier du système de caméras en direct. L'entreprise veut donc se faire aider par l'intelligence artificielle. Mais les algorithmes qui décryptent la vidéo pour signaler les anomalies sont en contradiction avec la loi Informatique et Liberté. La CNIL en convient qu'il faudrait assouplir cette règle. Mais elle rappelle également que c'est à la société et aux législateurs de le faire pour éviter les abus, notamment de la reconnaissance faciale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La Chine reconnaît que le variant Omicron va compliquer l'organisation des JO d'hiver à Pékin

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.