Triple meurtre à Marseille : "J'étais terrifiée avec mes enfants", confie une habitante

Triple meurtre à Marseille : "J'étais terrifiée avec mes enfants", confie une habitante

ÉMOTIONS - De nouveaux règlements de compte ont eu lieu dans la nuit de samedi 21 à dimanche 22 août à Marseille. Trois hommes ont été tués, dont deux par balles et un calciné dans une voiture. Ce dimanche, des habitants étaient encore sous le choc.

Au petit matin, l'émotion était vive dans le 14ᵉ arrondissent de Marseille. Dans la nuit de samedi 21 à dimanche 22 août, quatre jours seulement après la mort d'un adolescent près d'un point de vente de drogue, une nouvelle fusillade a éclaté.

Vers minuit, deux hommes de 25 et 26 ans ont été abattus de plusieurs balles de kalachnikov dans la cité de "La Marine bleue", l'une des plus pauvres de la ville, alors qu'ils se trouvaient au pied de leur immeuble. "J'ai entendu tirer, on aurait dit que c'était chez moi", relate une femme avec effroi, dans le reportage de TF1 en tête d'article. "J'étais terrifiée avec mes enfants. Nous étions sur le balcon, ça a résonné. Ce n'était pas qu'une ou deux fois, c'était des rafales. On a eu très peur." 

Laissant leurs victimes à terre - toutes deux connues des services de police, dont l'une d'elle pour "infraction à la législation sur les stupéfiants" -, les tireurs ont aussitôt pris la fuite à bord de deux véhicules. "On a entendu des coups de feu puis on a attendu que ça s'arrête pour venir voir", confie à son tour un jeune homme.

D'après plusieurs habitants, ce quartier est pourtant épargné par les règlements de compte. "C'est étonnant parce qu'en général, c'est un quartier plutôt calme, il y a des vols certes, mais des meurtres comme ça, c’est bizarre", note un passant. "C'est incroyable tous ces massacres qui ne s'arrêtent pas, ces pauvres jeunes... ça fait quelque chose", ajoute un riverain.

Toute l'info sur

Le WE

Un corps calciné retrouvé dans le 13e arrondissement

Outre ce double meurtre, un homme de 27 ans, lui aussi connu des services de police, a été entraîné de force dans un véhicule vers 1 heure du matin dans le 4e arrondissement de la Cité phocéenne."On a entendu des coups de feu", raconte un résident. "10 secondes après, une voiture a démarré en trombe, puis 40 secondes après, quelqu'un a crié 'à l'aide, appelez la police', ce qu'on a fait."

Rapidement, les autorités ont retrouvé un véhicule en feu dans le 13e arrondissement, avec un corps calciné dans le coffre. Un mode opératoire régulièrement employé par les membres du banditisme marseillais. "Ce qu'on peut présager, c'est qu'il y a une lutte au sein des bandes de narco-trafiquants marseillais", explique Eddy Sid, délégué syndicat unité 5GP Police FSMI-FO à Marseille. "ça peut être une recomposition du paysage dû à des sorties de prison hâtives qui ont permis de mettre en place des guerres de succession ou parce que des personnes ont été neutralisées ou encore parce qu'on tue de peur d'être tué à son tour." 

Lire aussi

Alors que les enquêtes judiciaires sont en cours, la Cité phocéenne observe une escalade de règlements de compte sur fond de trafic de drogue depuis fin juin avec cinq hommes tués par balles. "Il y a des périodes de calme puis des flambées qui peuvent surprendre, le monde du banditisme n'est pas stagnant", avait souligné à l'époque le directeur de la zone Sud de la police judiciaire, Eric Arella, rappelant l'année 2014 avec six mois sans règlement de comptes et un bilan annuel final de 23 "réglos".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : "une dizaine" de cas possibles du variant Omicron en cours d'analyse en France

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.