Mort d’Alisha à Argenteuil : les derniers éléments de l’enquête

Mort d’Alisha à Argenteuil : les derniers éléments de l’enquête

Le procureur de la République de Pontoise a fourni de nombreux détails concernant la mort d'Alisha, 14 ans. Selon lui, les auteurs présumés fréquentaient la même classe que la victime. Elle a été battue puis jetée dans la Seine de manière préméditée.

Elle a été la victime d'un guet-apens tendu par un couple d'adolescents de 15 ans. Le dernier signe de vie d'Alisha remonte à lundi à 13h35, un coup de téléphone à sa mère. Puis, elle retrouve une camarade à la gare d'Argenteuil. Toutes les deux se rendent sur les quais de Seine où elles ont l'habitude de se rendre.

Toute l'info sur

Le 20h

C'est cette amie qui a fixé le rendez-vous, à la demande de son petit copain. Le jeune homme qui était resté dissimulé se serait approché de la victime, lui aurait fait une balayette, la faisant tomber au sol. Il lui aurait encore donné des coups de pied alors qu'elle était au sol. Les deux jeunes ont ensuite attrapé la jeune fille pour la jeter dans la Seine. La jeune victime décédera par noyade.

Ces deux agresseurs étaient dans la même classe que Alisha. Celle-ci avait eu une brève relation amoureuse avec l'adolescent à la rentrée scolaire. Mais leur relation était depuis houleuse. Après le crime, le couple se rend au domicile du jeune homme, entre 16h et 17h. L'adolescent avoue les faits à sa mère. C'est elle qui donne l'alerte en appelant le commissariat, permettant ainsi de retrouver le corps de la victime. Son fils et sa petite amie encourent aujourd'hui une peine de 20 ans de prison pour assassinat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter