Policiers brûlés à Viry-Châtillon : le verdict du tribunal provoque l'indignation des syndicats

Policiers brûlés à Viry-Châtillon : le verdict du tribunal provoque l'indignation des syndicats

Dans l'affaire des policiers brûlés à Viry-Chaâtillon, la cour d'assise des mineurs a rendu son verdict. Elle a acquitté en appel huit des treize accusés. Une clémence que les syndicats ne comprennent pas.

Le 8 octobre 2016, plusieurs personnes de la cité de la Grande Borne à Viry-Châtillon (Essonne) brisent les vitres et jettent des cocktails Molotov dans les voitures de policiers venus sécuriser une caméra de surveillance. Deux agents sont brûlés et grièvement blessés.

Toute l'info sur

Le WE

En première instance, la cour d'assises des mineurs avait condamné huit accusés à des peines allant de 10 à 20 ans de prison et en avait acquitté cinq. Le samedi 17 avril, en appel, cinq jeunes gens ont été condamnés à des peines allant de 6 à 18 ans et huit ont été acquittés. De quoi provoquer une grande déception du côté des policiers et de leurs proches. Me Thibault de Montbrial, avocat de policiers, parle de "naufrage judiciaire".

Les avocats de la défense, eux, mettent en cause l'enquête menée par la sûreté départementale de l'Essonne. Selon eux, des preuves auraient même été inventées de toutes pièces par les policiers pour incriminer les accusés. Me Sarah Mauger-Poliak, avocate d'un accusé, a fait savoir que des pratiques policières absolument inadmissibles ont été découvertes.

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.