Procès du 13-Novembre : enquête sur l’insaisissable Salah Abdeslam

Procès du 13-Novembre : enquête sur l’insaisissable Salah Abdeslam

ENQUÊTE - Depuis 15 jours dans le box des accusés, il est face aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 et à leurs proches. Salah Abdeslam est le seul survivant du commando qui a tué 130 personnes à Paris. Six ans après, sa personnalité intrigue toujours.

Tous les regards sont braqués sur lui. À 32 ans, Salah Abdeslam est aujourd'hui le détenu le plus surveillé de France. Il est surtout celui qui détient les clés pour résoudre l'énigme du 13-Novembre. L'ancien petit délinquant franco-belge de Molenbeek était-il un second couteau au sein du commando ? Pour les enquêteurs, Salah Abdeslam était le convoyeur de la mort, chargé de véhiculer tous ses complices. Grâce à des postiches et de faux papiers, il a berné l'attention de tous les services de renseignement.

Toute l'info sur

Le procès hors norme des attentats du 13-Novembre

Les policiers en sont convaincus : Salah Abdeslam devait lui aussi mourir en kamikaze. “C'est un problème lié à sa ceinture d'explosifs qui n'a pas fonctionné qu'il n'a pas pu participer", assure Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme, interrogé dans le reportage en tête de cet article. "Mais très vraisemblablement d'après ce que l’enquête a pu établir, il était prévu qu'il participe lui-même en tant que membre du commando à ces attentats”.

Abdeslam n'a jamais exprimé ni regret ni remords

Salah Abdeslam a-t-il lui-même désactivé son gilet explosif avant de s'enfuir ? Il a multiplié les versions contradictoires auprès de ses proches. Les policiers finiront par obtenir un début de réponse dans un ordinateur retrouvé dans une poubelle après les attentats. Un message troublant envoyé par le terroriste présumé à un commanditaire : “Je suis Abou Abderrahmane, celui qui a participé à la première attaque. Il y avait un défaut dans ma ceinture. J'aimerais juste pour l'avenir être mieux équipé avant de passer à l'action”. Seul survivant des commandos meurtriers, Salah Abdeslam fut ensuite un fantôme pendant ces 4 mois de cavale.

Lire aussi

Ces derniers jours, l'accusé a profité du procès pour justifier les tueries et faire du prosélytisme. Derrière les murs de sa prison, dans sa cellule filmée 24h sur 24, il passe ses journées plonger dans la lecture de livres consacrés à l'islam. Isolé, le prisonnier essaye de vanter les mérites du djihad aux rares détenus qu'il croise. “Depuis quelque temps, il a intensifié ses prières", détaille Didier Kandassamy, secrétaire local du syndicat FO de Fleury-Mérogis, interrogé dans le sujet. "Il a aussi envie de montrer parce que c'est quelqu'un de très malin, ce n'est pas quelqu'un qui est stupide. C’est quelqu'un qui sait qu'il est observé”, ajoute-t-il. Depuis son arrestation, Salah Abdeslam n'a jamais exprimé ni regret ni remords. Il n'a jamais expliqué non plus son rôle dans le commando. Un bon nombre de rescapés espèrent qu'il se confiera enfin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : encore plus de 6000 cas ce jeudi, le nombre de patients hospitalisés en légère baisse

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

François Hollande réagit sur "l'indemnité inflation" du gouvernement : "C'est un bon mécanisme pour quelques mois"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.