Naufrage du Bugaled Breizh : la justice britannique percera-t-elle le mystère ?

Naufrage du Bugaled Breizh : la justice britannique percera-t-elle le mystère ?

JUSTICE - Après le non-lieu de la France, la justice britannique tente à partir de ce lundi de faire la lumière sur les circonstances du naufrage du chalutier breton Bugaled Breizh. C'est la dernière chance pour les familles des marins disparus de connaître la vérité.

18 ans après la tragédie, les familles des cinq marins bretons, emportés par le fond après le mystérieux naufrage du Bugaled Breizh, vont-elles enfin découvrir ce qui s'est réellement passé ? À la justice britannique désormais de se pencher sur cette affaire, deux corps ayant été repêchés dans les eaux anglaises. Une enquête publique, prévue jusqu'au 22 octobre, s'est ouverte ce lundi à Londres.

Toute l'info sur

Le 13H

La Haute Cour entendra une quarantaine de témoignages - marins, secouristes, experts maritimes, militaires - pour tenter d'expliquer les circonstances de ce drame. Une étape essentielle pour Me Dominique Tricaud, l'un des avocats des familles des victimes. "Pendant trois semaines, on va reprendre publiquement tous les éléments du dossier et chacun pourra apprécier la réalité des charges qui existent. L'omerta est très forte, la raison d'État est très forte, mais je crois qu'inexorablement on gagnera", avance-t-il dans la vidéo de TF1 en tête de cet article. C'est aussi un nouvel espoir pour les proches des victimes. "Si le juge arrive à démontrer qu'il y a eu des manquements, il y aura des sanctions, c'est une évidence. Je crois beaucoup en la justice anglaise", affirme de son côté Thierry Métayer, le fils d'une victime. 

Secret défense

Retour sur les faits : 15 janvier 2004, le Bugaled Breizh, un chalutier de Loctudy (Finistère), sombre en moins d'une minute  dans des conditions météorologiques plutôt bonnes, au large des Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre). Le bateau a coulé dans une zone où se déroulaient des exercices militaires de l'OTAN  et de la Royal Navy, en présence de sous-marins. Seuls les corps de Patrick Gloaguen, Yves Gloaguen et Pascal Le Floch ont été retrouvés - le premier dans l'épave lors de son renflouement, les deux autres dans les eaux anglaises - et c'est sur la mort de ces deux derniers que se concentre l'enquête britannique. Georges Lemétayer et Eric Guillamet ont été portés disparus en mer.

En France, la justice a définitivement mis fin à l'enquête en 2016, incapable de trancher entre l'hypothèse d'un sous-marin et celle, mise en avant dix ans plus tôt par le Bureau français d'enquêtes (BEAmer), d'un accident de pêche. D'autres hypothèses avaient été évoquées puis abandonnées, comme la collision avec un cargo. Le secret défense a souvent été opposé à ceux qui souhaitent connaître la vérité, mais à Loctudy, où le JT de 13H est retourné ce lundi matin, les causes du naufrage n'ont jamais fait de doute. "Pour dire la vérité, il y a eu une grosse pression d'un sous-marin. C’est évident. C'est déjà arrivé que des sous-marins se prennent dans les chaluts des bateaux", assure Julien Le Brun, pêcheur. 

Lire aussi

L'objectif de la procédure au Royaume-Uni est d'éclaircir les causes des décès, sans toutefois prononcer de condamnations. Un témoignage très attendu sera celui, le 12 octobre, de l'ancien commandant du sous-marin nucléaire britannique HMS Turbulent, Andrew Coles, bâtiment soupçonné d'avoir joué un rôle dans le naufrage. Alors que le ministère britannique de la Défense et la Royal Navy ont démenti toute implication d'un sous-marin britannique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : 61 passagers venant d'Afrique du Sud testés positifs au Covid à leur arrivée à Amsterdam

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.