"S’il était fou cet assassin, on ne serait pas en train de se battre", affirme William Attal, le frère de Sarah Halimi

"S’il était fou cet assassin, on ne serait pas en train de se battre", affirme William Attal, le frère de Sarah Halimi

INTERVIEW - William Attal, frère de Sarah Halimi, tuée en 2017 sous les coups de son meurtrier, a témoigné sur LCI après la décision de la Cour de cassation sur l'irresponsabilité pénale de l'accusé. Des manifestations sont prévues dimanche partout en France.

"On se sent très mal … On ne peut pas supporter cette injustice." C’est par ces mots que William Attal, le frère de Lucie Attal dite Sarah Halimi, a réagi sur LCI à l'annonce le mercredi 14 avril dernier de l'irresponsabilité pénale du meurtrier de sa sœur. La plus haute juridiction de l'ordre judiciaire, qui juge le droit et non les faits, a rejeté le pourvoi formé par la famille de Sarah Halimi contre la décision rendue en 2019 par la cour d'appel de Paris, qui avait déclaré le jeune homme irresponsable pénalement, sur la base de trois expertises, selon lesquelles il avait commis les faits lors d'une "bouffée délirante" sur fonds de forte consommation de cannabis

Après s'être ému de cette décision, William Attal a lu le récit d’un témoin qui a vu et enregistré le meurtre de sa sœur. Ce témoin a tout raconté dans les moindres détails aux enquêteurs et à la justice. Un récit glaçant, qui a même donné "envie de pleurer" à William Attal.

"Pourquoi on se bat ? Parce qu’une décision comme celle de la Cour de cassation, c’est une décision tellement injuste, tellement immorale ... Je n’ai pas l’impression, l’assassin, qu’il s’adressait à un démon, il savait bien qu’il massacrait une femme, qu’il massacrait ma sœur", poursuit William Attal sur notre antenne. Il demande à tous les Français, de toutes religions, de rejoindre le groupe "Agissons pour Sarah Halimi" et de se rendre aux manifestations partout en France dimanche. Celle de Paris se tiendra à 14h, place du Trocadéro. 

Lire aussi

Le frère de Sarah Halimi tient désormais à ce que le débat s’ouvre au sujet de l’irresponsabilité pénale corrélée à des accusations d’antisémitisme. "S’il était fou cet assassin, on ne serait pas en train de se battre. (…) Il n’était pas malade avant l’assassinat et n’est pas malade après."

En vidéo

William Attal : "Venez aux manifestations qui vont être organisées dimanche."

Pour rappel, Sarah Halimi, femme juive de 65 ans, a été tuée à Paris en avril 2017, sous les coups de Kobili Traoré, musulman de 27 ans et accusé du meurtre. Le 14 avril 2021, la Cour de cassation a confirmé que l’individu ne serait pas jugé pour son crime, tout en entérinant le caractère antisémite du crime. Victime de "bouffées délirantes" sous l'emprise du cannabis, il a été déclaré pénalement irresponsable au moment des faits. 

Emmanuel Macron a indiqué dimanche dans un entretien au Figaro vouloir changer la loi, face à l'émoi suscité dans le pays. Eric Dupont-Moretti, le garde des Sceaux, précise ce matin sur RTL "travaille[r] à une modification législative sur ce point".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Covid-19 : les réanimations toujours en baisse, légère hausse dans les hospitalisations

EN DIRECT - Gaza : l'immeuble abritant des médias, une cible "parfaitement légitime" selon Netanyahu

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.