Violée, battue, prostituée... Valérie Bacot aux assises pour avoir tué son mari bourreau

Violée, battue, prostituée... Valérie Bacot aux assises pour avoir tué son mari bourreau

JUSTICE - Violée pendant toute son adolescence par son beau-père, Valérie Bacot avait fini par l'épouser avant qu'il ne la pousse à se prostituer. Cinq ans après l'avoir tué, son procès se tient cette semaine à Chalon-sur-Saône.

Les assises de Saône-et-Loire ont vu débuter lundi le procès de Valérie Bacot, une mère de famille de 44 ans jugée pour le meurtre de son ex-beau-père qui la violait régulièrement depuis son plus jeune âge, avant de devenir à la fois son mari et son proxénète. Un cauchemar qu’elle va devoir raconter aux jurés. "Ça va être très difficile pour elle. On l’a prévenu, on en parlé ensemble. Maintenant, il faut qu’elle arrive à livrer toute sa souffrance", déclarait son avocat, Me Nathalie Tomasini, avant le début de l'audience.

L’homme qu’elle a reconnu avoir assassiné, Daniel Polette, 61 ans, était l’amant de sa mère. Il l’a violenté pendant des années et même prostitué pendant quatorze ans. Condamné et incarcéré en 1995 pour l’avoir violé, alors qu’elle n’avait que 12 ans, il est autorisé, dès sa sortie de prison en 1997, à réintégrer le domicile familial. Et "tout recommence comme avant", raconte Valérie Bacot dans son livre Tout le monde savait (aux éditions Fayard), publié le mois dernier.

Toute l'info sur

Le 20h

J'ai souhaité fuir mille fois- Valérie Bacot

Quand elle tombe enceinte à 17 ans, sa mère la chasse et Valérie Bacot ne voit son salut que dans une installation avec "Dany". Mais à la violence physique "quotidienne, usuelle", selon l'accusée, s'ajoute la prostitution que son mari lui impose à l'arrière de la 806 familiale, tout en lui donnant des "instructions" par l'intermédiaire d'une oreillette pour mieux satisfaire le client. "J'ai souhaité fuir mille fois", assure aujourd'hui Valérie Bacot.

Mais elle craint de ne pouvoir échapper à son mari violent, qui la menace régulièrement avec un pistolet. Jamais Valérie Bacot n’a réussi à porter plainte. "Il revenait vers moi en me disant : ‘excuse-moi, je ne le referai plus. Mais c’est à cause de toi, tu me mets à bout ou t’as pas fait ça, t’es une moins que rien...'", relatait récemment l’accusée face à une caméra d’une équipe de "Sept à Huit". Le déclencheur sera la peur que sa fille Karline subisse le même sort quand, à 14 ans, elle avoue à sa mère que son père lui a demandé "comment elle était sexuellement".

En vidéo

De l'enfer conjugal au meurtre, Valérie Bacot témoigne avant son procès

Le 13 mars 2016, après une énième passe à l'arrière de la 806, elle s'empare du pistolet que son mari gardait dans le véhicule et lui tire une balle dans la nuque. "Je me rappelle juste d’avoir fermé les yeux, d’avoir vu une lumière et entendu un grand bruit. Je suis sortie de la voiture puis j’ai ouvert la porte et il est tombé sur le sol. Je suis remontée dans la voiture et je me suis sauvée", racontait Valérie Bacot, toujours dans l’émission "Sept à Huit". 

La légitime défense ne pourra dès lors pas être invoquée : ce dernier était au volant, lui tournant le dos. L’accusée, elle, se dit prête à assumer ses responsabilités. "J’ai quand même enlevé la vie d’une personne et c’est donc normal que j’aille en prison pour ce que j’ai fait", expliquait-elle encore le mois dernier face à Audrey Crespo-Mara dans "Sept à Huit". Valérie Bacot encourt la réclusion à perpétuité. Le procès est prévu jusqu'à vendredi prochain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

EN DIRECT - Covid-19 : 7980 personnes hospitalisées, dont 1571 en soins critiques

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.