Violences urbaines à Lyon : deux mineurs et un majeur poursuivis, une enquête confiée à l'IGPN

Violences urbaines à Lyon : deux mineurs et un majeur poursuivis, une enquête confiée à l'IGPN

VIOLENCES - Des brefs affrontements ont eu lieu ce jeudi dans le quartier La Duchère de Lyon, à la suite d’un grave accident la veille d’un jeune en scooter. Le calme est revenu dans la soirée. L'IGPN est saisie.

Ce jeudi 4 mars, le quartier La Duchère de Lyon a été le théâtre d’affrontements entre des jeunes et les forces de l’ordre. Peu avant 18h, des policiers municipaux alors en patrouille dans le 9e arrondissement de la ville ont été pris à partie en étant visés par des tirs de mortiers d’artifice, d’après une source policière à LCI. Les forces de l’ordre intervenaient alors sur les lieux après une série d’incendies volontaires de poubelles et de voitures.

La situation "en voie d'apaisement", selon le maire de Lyon

Ces dernières ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène, selon la mairie. Les tensions sont retombées et le calme est revenu peu avant 20h. Six voitures de particuliers ont été incendiées et un policier a été légèrement blessé au visage, selon notre source policière. 12 personnes, 8 majeurs et 4 mineurs, ont été interpellées et placées en garde à vue.

Le calme est revenu dans la nuit, seul un feu de poubelle ayant été noté vers 1 heure du matin, et deux tirs de mortier d'artifice qui ont visé le véhicule de police qui intervenait.

Au micro de LCI, le maire EELV de Lyon est revenu sur les heurts de ce jeudi soir : "Les flammes, les tirs de lacrymo ont bien évidemment inquiété. Pour autant, la sérénité était plutôt de mise. J’ai rencontré un groupe de jeunes filles qui ont fait preuve d’un sang-froid remarquable (…) au moment où les violences régnaient à l’extérieur. Il y a encore un sentiment d’inquiétude, mais c’est en voie d’apaisement." 

En vidéo

Violences à la Duchère : "Un groupe d'individus s'en est pris violemment à la police", affirme le maire de Lyon

Neuf des douze jeunes interpellés jeudi soir ont été remis en liberté vendredi "faute d'éléments", tandis que trois autres demeuraient en garde à vue avant leur défèrement samedi, a indiqué le parquet. La prolongation de garde à vue concerne un majeur pour "violences avec arme sur personne dépositaire de l’autorité publique et participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations", et deux mineurs de 16 ans et 14 ans. Ils seront présentés à un juge des enfants, le premier pour les mêmes motifs que le jeune majeur, le second "pour détention d’un feu d’artifice de mortier", a-t-on précisé de même source dans un communiqué.

L'IGPN chargée de l'enquête

Ces affrontements trouveraient leur origine dans le grave accident d’un adolescent de 13 ans en scooter, survenu la veille, alors qu’il ne portait pas de casque. Les policiers seraient rapidement intervenus sur les lieux et s’en serait suivi un amalgame. 

Des jeunes du quartier La Duchère pointent la responsabilité des forces de l’ordre dans l’accident, assurant qu’une voiture de police banalisée poursuivait le jeune homme au moment des faits, selon la presse locale. Une affirmation qui a été démentie par la préfecture. De son côté, le maire de Lyon a indiqué avoir eu connaissance "d'une présence policière qu'au moment de l'intervention des secours". 

L'adolescent était toujours hospitalisé et son pronostic vital était toujours engagé vendredi. "S’agissant de l’accident de scooter survenu le 03 mars 2021 impliquant un mineur de 13 ans actuellement hospitalisé au CHU de Lyon et dont le pronostic vital est toujours engagé, une enquête en recherches des causes des blessures a été ouverte par le parquet de Lyon pour déterminer les circonstances exactes de cet accident, indique le parquet de Lyon dans un communiqué. Compte tenu de certaines déclarations relayées par les médias et mettant en cause les services de police dans la survenance de cet accident, il a été décidé, dans un souci de transparence et d’impartialité, de confier cette enquête  aux services de l’Inspection Générale de la Police Nationale".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter