Frappé par des policiers, Michel Zecler aura des séquelles "à vie", prévient son avocate

Le producteur a dû être opéré suite à son interpellation musclée.

VIOLENCES POLICIÈRES - L'avocate du producteur de musique Michel Zecler a indiqué que son client verrait son préjudice physique et psychologique "fortement réévalué" avec "plus de 180 jours d'ITT" selon elle.

Frappé violemment par un groupe de policiers le 21 novembre à Paris, le producteur de musique Michel Zecler devrait voir son préjudice physique et psychologique "fortement réévalué". C'est en tout cas ce qu'a annoncé vendredi son avocate, suite à une audition devant les juges en charge de l'enquête. 

Selon Me Caroline Toby, "On s'oriente vers plus de 180 jours d'ITT (incapacité temporaire de travail)", en raison "de ses séquelles physiques et du retentissement psychologique constatés par ses médecins". Des éléments dont attestent les certificats qu'elle a remis aux magistrats instructeurs. 

Toute l'info sur

L'épineuse question des violences policières

Dans un premier temps, Michel Zecler s'était vu accorder six jours d'ITT par le service d'unité médico-judiciaire (UMJ). Il avait été placé en  garde à vue le jour des faits avant que des enregistrements issus de la vidéosurveillance ne dévoilent les violences qu'il a subies dans un studio du XVIIe arrondissement, à Paris. Des violences accompagnées d'insultes racistes, a rapporté le producteur.

Des séquelles "à vie"

Lorsque les policiers mis en cause dans cette affaire ont été mis en examen, le procureur de Paris avait annoncé la tenue d'une expertise judiciaire, visant à effectuer une réévaluation de l'incapacité de la victime. Celle-ci est importante : utilisée au pénal, elle permet de déterminer la gravité des faits et conduit au civil à établir le montant des dommages et intérêts.

C'est une situation très difficile à vivre- Me Caroline Toby, avocate de Michel Zecler

"Son tendon" au biceps gauche "a été sectionné et a dû être refixé avec une broche en titane qu'il gardera à vie", a insisté Me Toby, se tenant près de son client, le bras en écharpe et soutenu par une attelle. L'avocate a expliqué que l'audition de plus de trois heures qui s'est tenue vendredi matin en présence des trois juges chargés de l'enquête "a permis de confirmer que M. Zecler a subi des violences illégitimes dans un lieu privé, accompagnées de propos racistes"

Elle a également souligné l'important de la vidéosurveillance, qui a permis de lever le voile sur la manière dont se sont déroulés les faits. "Sans cette caméra" de surveillance de son studio de musique, "M. Zecler serait aujourd'hui en prison et non pas ici au tribunal comme victime. C'est une situation très difficile à vivre", a insisté l'avocate.

Lire aussi

Dans cette affaire, trois policiers ont été mis en examen le 29 novembre pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique (PDAP)", avec plusieurs circonstances aggravantes dont celle de racisme, et pour "faux en écriture publique" par PDAP, un crime passible des assises. Soupçonné d'avoir jeté une grenade lacrymogène dans le studio de musique, un quatrième policier a quant à lui été mis en examen, pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" notamment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : les personnes vaccinées pourraient autant le transmettre que les non-vaccinées

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"C'est comme si la vaccination ne servait à rien" : la déception des touristes face aux restrictions en Outre-mer

Covid-19 : décès de Jacob Desvarieux, figure du groupe Kassav'

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.