Disparition d'Anne-Frédéric Obszynski : un corps repêché dans la Seine

Anne-Frédéric Obszynski n'a plus donné signes de vie depuis dimanche après-midi, lorsqu'elle est partie courir sur le chemin de Halage, près du pont de Méry-sur-Oise.

FAIT DIVERS - Le corps sans vie d'une femme a été retrouvé ce jeudi matin dans la Seine à Andrésy dans les Yvelines. Il s'agit très vraisemblablement de celui de l'institutrice recherchée depuis le 21 février dernier.

C'est un promeneur qui, ce jeudi matin, vers 11 heures, a aperçu le cadavre en bord de Seine sous des branchages, au niveau de la mise à l'eau d'un bras de Seine située au carrefour de l'allée Georges Guesdon et de l'avenue du Général de Gaulle à Andrésy (Yvelines). Le marcheur a tout de suite alerté les secours qui, peu après, ont procédé aux constatations et à l'enlèvement de la dépouille.  

 "Il s’agit d’un corps féminin, de  même corpulence, de  même taille, vêtue d'une tenue de sport correspondant aux éléments d’identification de madame Anne-Frédéric Obszynski qui avait été portée disparue le 21 février 2021 à Méry-sur-Oise dans le Val d'Oise et qui était depuis activement recherchée par les services de la section de Recherches de la Gendarmerie Nationale et le Groupement  de Gendarmerie du Val d’Oise, indique ce jeudi le procureur de la République de Pontoise Eric Corbaux dans un communiqué. Des bijoux et une  clef de  voiture avec porte clef, caractéristiques, ont été retrouvés sur elle".

Dès le lendemain de la disparition de cette institutrice, la gendarmerie avait lancé un appel à témoins.

Lire aussi

Autopsie vendredi

Une autopsie est prévue vendredi 12 mars 2021 pour établir les causes de la mort.  Le véhicule d’Anne-Frédéric Obszynski avait été retrouvé le 21 février à proximité du chemin du Halage, près du pont de Méry-sur-Oise dans le même département, où la victime s'était garée avant de partir faire un jogging sur les bords de l'Oise et de disparaître. Les gendarmes avaient ratissé les alentours en vain pour tenter de la retrouver. L'hypothèse d'une chute dans le fleuve avait très vite été envisagée sans pouvoir être certifiée. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter