10 ans de prison pour tentatives d'extorsion : Youssouf Fofana, un détenu violent sous très haute protection

10 ans de prison pour tentatives d'extorsion : Youssouf Fofana, un détenu violent sous très haute protection

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Youssouf Fofana, incarcéré depuis 2009 pour l’assassinat à caractère antisémite d’Ilan Halimi, comparaît ce mardi pour tentatives d'extorsions entre 2002 et 2004 sur une quarantaine de victimes. Depuis sa condamnation, le détenu, incarcéré dans une des prisons les plus sécurisées de France, se serait encore radicalisé.

Une véritable forteresse. Dans cette prison, les surveillants doivent mettre des combinaisons renforcées dès qu’ils entrent en contact avec les détenus. Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne, considérée comme la prison la plus sécurisée de France depuis son inauguration en 2013 par Christiane Taubira, accueille des détenus jugés parmi les plus dangereux du pays. Derrière les portes de ses cellules se trouvent Tony Meilhon, assassin de Laëtita Perrais, à Nantes, Ait Ali Belkacem, l'instigateur de l'attentat du RER à Paris en 1995, ou encore… Youssouf Fofana, condamné en 2009 pour l’assassinat à caractère antisémite d’Ilan Halimi.


Le détenu, condamné à la perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans, a été condamné à nouveau ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour des faits antérieurs à l’assassinat d’Ilan Halimi : accusé d’être l’auteur d’une quarantaine de tentatives d’extorsions de fonds ou menaces de mort en 2002-2004, il a été condamné à dix ans de prison. Un procès qui a  donné l'occasion de se pencher sur ses conditions de détention : la dangerosité de Youssouf Fofana n’aurait fait que se développer derrière les barreaux.

En quartier d'isolement

Dans la prison de Condé-sur-Sarthe, Youssouf Fofana est reclus dans le quartier d’isolement, occupé par des détenus particulièrement violents et prêts à tout. Les cellules, individuelles, comportent un lit, une table, avec un mobilier attaché au sol. D’après BFM TV, "Youssouf Fofana ne sort que très peu de sa cellule" et passe la plupart de ses journées seul. "Son seul contact avec le monde extérieur est sa mère, qui lui rend visite au parloir de temps à autre", indique la chaîne, précisant qu’il "communique malgré tout avec les autres détenus à travers les fenêtres de sa cellule."


Si les caméras sont normalement interdites dans les établissements pénitentiaires, les journalistes de France 3 avaient réussi début décembre à pénétrer dans l’enceinte de la forteresse, dans les pas du député-maire d'Alençon Joaquim Pueyo, ancien directeur de la prison de Fleury-Mérogis. 

Ici, les mesures de sécurité sont constantes, notamment pour sécuriser le personnel, qui est renouvelé à 30% tous les ans. Car depuis l’ouverture de l’établissement, les agressions se multiplient. Du coup, à chaque fois que les surveillants entrent en contact avec les détenus, comme pour servir les repas - dans le reportage, devant les quatre surveillants qui viennent lui livrer son déjeuner, Youssouf Fofana se présente tranquillement -, ils enfilent des combinaisons renforcées lourdes d’une dizaine de kilos, et des casques de protection.  

Les syndicats n'ont "pas vu de désendoctrinement"

Youssouf Fofana a d’ailleurs déjà dans un réçent passé lui aussi agressé plusieurs surveillants. En juin 2014, il avait planté un stylo dans le cou d'un personnel qui lui apportait son repas. Quelques mois avant, il avait attaqué un gardien avec une brosse à dent aiguisée. Fin 2012, il avait agressé un autre surveillant lors d’un retour de promenade, rappelle Le Parisien. 


Car bien qu’étant derrière les barreaux, il semblerait que Youssouf Fofana se soit radicalisé. "Ce n'est pas quelqu'un qui est dans une voie de déradicalisation", indique à BFMTV Yoan Karar, syndicat national pénitentiaire Force ouvrière. En 2013, Youssouf Fofana avait d'ailleurs été condamné à 7 ans de prison supplémentaires pour avoir publié des vidéos sur Youtube faisant l'apologie du terrorisme, rappelle le Hufftington Post. Pour le syndicaliste Yoan Karar, rien n'aurait changé. "Il est toujours sur ces pensées d'actes barbares", détaille-t-il. "Nous, on n'a pas vu de désendoctrinement depuis qu'il est incarcéré. C'est ce qui nous inquiète et c'est ce qui fait qu'il est à l'isolement". 


Selon les informations d’Europe 1 ce mardi, le détenu, qui est "obsédé par son image", pourrait bien profiter de la tribune qui lui sera offerte, ce mardi après-midi pendant l’audience : Youssouf Fofana, qui porte désormais la barbe et des lunettes de soleil pour "qu’on ne puisse pas savoir où il regarde", aurait préparé "une sorte de discours pour le tribunal".  Il voudrait en effet être missionné par l’Etat islamique : "En détention, il a fait savoir aux surveillants qu'il espérait que l'Etat islamique le missionne pour passer à l'acte", assure la radio. 

En vidéo

VIDEO. Youssouf Fofana agresse un surveillant de prison avec un stylo

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter