Deux hommes qui s'étaient fait passer pour Emmanuel Macron jugés ce mercredi

Justice

PROCÈS - Deux trentenaires, dont un militant de la droite conservatrice, accusés d’avoir usurpé l’identité du chef de l'Etat dans des mails envoyés à quelques jours du premier tour du scrutin présidentiel, sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi.

Le 21 avril 2017, le message intitulé "10 bonnes raisons de ne pas voter pour moi" et signé "Emmanuel" était arrivé dans la boîte mail d'une centaine de destinataires via l’adresse "emmanuel.macron.enmarche@gmail.com". Deux hommes accusés d’avoir usurpé l’identité du candidat Macron par le biais d'emails adressés à quelques jours du premier tour du scrutin présidentiel, doivent répondre de leurs actes ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

L’un des deux hommes, un militant de la droite conservatrice âgé de 38 ans, serait à l'origine de cette démarche. Il est soupçonné d’avoir demandé à l’autre, âgé de 32 ans, de créer l’adresse mail litigieuse, de lui avoir fourni le texte et la liste de diffusion correspondante, puis d’avoir rediffusé ce mail.  Alors que des membres de l'équipe de campagne du candidat figuraient parmi les destinataires, Emmanuel Macron avait porté plainte et le parquet avait ouvert une enquête. 

Voir aussi

"Personne recevant ce mail ne peut raisonnablement penser qu'il a été adressé par Emmanuel Macron", estime Me Henri de Beauregard, avocat de l'homme à l'origine du mail, cité par BFMTV pour qui aucune confusion n'était possible. "La seule chose qui vaut à ces gens d'être jugés, c'est de mettre ce mail à la première personne et le signer Emmanuel", poursuit-il, évoquant un "pastiche" en pleine opération d'appels téléphoniques intense menée par l'équipe de campagne d'En marche!.

Les deux hommes encourent jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter