Abdelkader Merah condamné à 30 ans de réclusion criminelle en appel, la complicité retenue

Justice
TERRORISME - Abdelkader Merah a été condamné jeudi à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises d'appel de Paris. Il a été jugé coupable d'association de malfaiteurs terroriste et de complicité des crimes commis par son frère Mohamed Merah à Toulouse et Montauban en mars 2012.

Abdelkader Merah a été condamné jeudi à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises d'appel de Paris. Le frère de Mohamed Merah, djihadiste toulousain auteur des sept assassinats de Toulouse et Montauban, en mars 2012, a été reconnu complice des crimes de ce dernier, contrairement à son procès en première instance. Il a également été jugé coupable d'association de malfaiteurs terroriste. La peine d'Abdelkader Merah est assortie d'une période de sûreté des deux tiers.


L'enjeu de ce procès en appel était de déterminer le rôle exact joué par Abdelkader Merah avant les tueries exécutées par son 

frère. La cour a estimé qu'il était bien coupable du vol du scooter utilisé par Mohamed Merah lors des assassinats et qu'il était "complice" de ses crimes. Pour les représentants du ministère public, les deux frères partageaient une "communauté d'esprit, de projet et d'action", ont obtenu dix ans de plus qu'en première instance contre l'accusé, présenté comme un "virtuose de la dissimulation".

L'accusation avait requis la perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans contre celui qu'elle considère comme le "mentor" du tueur.  Les avocats de l'accusé avaient quant à eux plaidé l'acquittement, estimant que la "complicité" n'a pas eu lieu. À l'audience, Abdelkader Merah, 36 ans, avait réaffirmé être étranger aux crimes perpétrés par son frère.


En 2017, la cour d'assises avait condamné Abdelkader Merah pour association de malfaiteurs terroriste mais l'avait acquitté du chef de complicité, estimant que rien ne montrait qu'il "connaissait les objectifs visés et les crimes commis par son frère".


Également jugé en appel, Fettah Malki a été condamné à 10 ans d'emprisonnement pour association de malfaiteurs, sans qualification terroriste, pour avoir fourni une arme et un gilet pare-balles au djihadiste toulousain. En première instance, il avait été condamné à 14 ans pour "association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le procès Merah

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter