Accusé d'abus de pouvoir à Tourcoing, Darmanin a retiré sa plainte pour "dénonciation calomnieuse"

Accusé d'abus de pouvoir à Tourcoing, Darmanin a retiré sa plainte pour "dénonciation calomnieuse"
Justice

REBONDISSEMENT - Le parquet de Paris a confirmé vendredi 31 juillet auprès de LCI que le ministre de l'Intérieur avait bien retiré sa plainte pour "dénonciation calomnieuse" à l'encontre d'une habitante de Tourcoing qui l'accusait "d'abus de faiblesse".

"J'irais jusqu'au bout", avait-il assuré. Sans finalement s'y tenir. Selon les révélations de Mediapart, confirmées par le parquet de Paris auprès de LCI ce vendredi, Gérald Darmanin a retiré la plainte qu'il avait déposée contre l'une des plaignantes pour "dénonciation calomnieuse". Cette dernière avait attaqué Gérald Darmanin pour "abus de faiblesse".

Lire aussi

Une plainte discrètement retirée en 2018

C'est un nouveau rebondissement dans cette affaire dont les faits remontent à près de deux ans et demi. Le 13 février 2018, une Tourquennoise apprend à la télévision que Sophie Spatz-Patterson porte plainte pour "viol" à l'encontre de Gérald Darmanin. Elle décide alors à son tour de déposer plainte l'accusant d'avoir abusé de sa position en 2016 pour obtenir des faveurs sexuelles. Vivant du RSA, elle assure, courriers et SMS à l'appui, avoir demandé à celui qui était alors maire de Tourcoing de l'aider dans sa demande de logement et sa recherche d'emploi. Un récit qu'elle raconte au site Mediapart, ajoutant qu'elle a désormais "peur" de ce qui pourrait lui arriver.

Celle qui est renommée Sarah par le journal en ligne est en effet inquiète de la réaction de l'homme qu'elle accuse, devenu ministre du Budget. Faisant le tour des médias, il nie, dénonçant une "nouvelle calomnie" . Le 2 mars, il annonce donc avoir porté plainte à son tour

Un discours qui va s'intensifier dès le 16 mai. Alors que l'affaire qui le vise est classée sans suite, l'élu jubile, réitérant son intention de faire condamner cette accusatrice. Sur Facebook, il assure même vouloir aller "jusqu'au bout". "Depuis plusieurs mois, j'ai refusé de commenter ces calomnies pour laisser la justice travailler le plus sereinement possible. Je laisse ceux qui ont sali mon nom et mon honneur à leur conscience", écrivait-t-il alors sur Facebook comme en atteste la publication ci-dessus.

Si l'avocat du ministre ne rejette pas le faits, il refuse la qualification de "trafic d'influence". Sur Europe 1 le 22 juillet, Me Chichportich se permet même de lire le SMS de la plaignante de Tourcoing qu'elle a envoyé au moment de la nomination de son client au gouvernement. Elle l'aurait félicité et aurait déclaré que, pour elle, "cette affaire était close". 

En vidéo

VIDÉO - La colère des féministes après la nomination de Darmanin

"Gérald Darmanin est parfaitement serein", disait alors de lui son avocat. Finalement, il s'avère que le 29 octobre de la même année, soit à peine cinq mois après les propos de Gérald Darmanin, il fait marche-arrière, retirant discrètement cette plainte, comme l'a dévoilé le site

Questionné par Mediapart, l'intéressé n'a pas "souhaité s'expliquer" sur ce revirement. Quant à son avocat, il n'était pas joignable dans l'immédiat. Pour rappel, ce retrait ne concerne que l'une des deux plaintes déposées par le ministre. Il a maintenu celle à l'encontre de Sophie Spatz-Patterson, dont les accusations sont aujourd'hui toujours en cours d'investigation.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent