Acquittement de Georges Tron, accusé de viols : le parquet fait appel

Justice

JUSTICE - Le parquet a fait appel ce mardi de l'acquittement de Georges Tron. Poursuivi pour viols et agressions sexuelles, le maire de Draveil et ex-sénateur avait été acquitté jeudi dernier, comme son ancienne adjointe à la Culture Brigitte Gruel.

Nouveau procès en vue pour l'ancien sénateur et maire de Draveil. Six jours après la fin du procès, le parquet général a indiqué qu'il faisait appel de l'acquittement de Georges Tron, accusé de viols et d'agressions sexuelles. Idem pour son adjointe Brigitte Gruel poursuivie pour les mêmes faits. 

Vendredi, après quelques heures de délibéré la cour avait blanchi les deux accusés. Deux anciennes employées municipales, Eva Loubrieu et Virginie Ettel s'étaient constituées parties civiles dans ce dossier. 

L'avocat général avait requis mercredi six et quatre ans de prison contre les deux accusés, cinq ans d'inéligibilité et leur inscription sur le fichier des délinquants sexuels, rappelle le parquet général dans un communiqué.

Lire aussi

Vives réactions

Après l'énoncé du verdict, de vives réactions avaient éclaté. Eva Loubrieu était rapidement sortie de la salle d'audience tandis que Virginie Ettel pleurait sur le banc des parties civiles. Elle a plus tard fait un malaise.

"La déception est grande, beaucoup d'amertume. Le combat que je mène depuis des années, je tiens à dire que je ne lâcherai pas", a réagi très émue Eva Loubrieu. "Je ne lâcherai rien, ni hier, ni aujourd'hui, ni demain".

Parmi les personnalités de la société civiles, certaines avaient réclamé un appel du parquet. Ainsi, l'ancienne secrétaire d'Etat de François Hollande, Juliette Méadel, a dénoncé un verdict "désespérant pour les droits des victimes.  (...) C'est le retour du droit de cuissage ?"

Voir aussi

"Un appel de vanité et d'orgueil"

"Ce verdict est l'illustration encore que la justice n'est pas la justice médiatique où Georges Tron a été condamné dans des conditions inadmissibles durant 7 ans, privé de la possibilité de poursuivre sa carrière, moqué, et nous espérons que c'est une page qui se tourne pour lui", avait déclaré après l'énoncé du verdict Eric Dupond-Moretti, un des avocats du maire de Draveil. 

Interrogé sur l'éventualité d'un appel, l'avocat avait répondu : "Un appel est possible, mais dans ce cas, ce serait un appel de vanité et d'orgueil. Ceux qui ont assisté au réquisitoire savent comment il est articulé sur les éléments qui sont des éléments de contradiction des plaignantes. Il n'y a pas un mot du ministère public sur le complot du Front national. Le représentant du ministère public se contenant de dire qu'il s'agissait là de détails. Et d'ailleurs c'est parce que le ministère public a déserté le terrain du dossier que la défense y est allée longuement, scrupuleusement, minutieusement. Voilà, les choses sont dites. Il n'y a plus d'autres commentaires... Que chacun se rappelle que le temps judiciaire et le temps médiatique ne sont pas les mêmes. Et fort heureusement". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter