Affaire Alexis Kohler : des juges d'instruction vont reprendre les investigations

Affaire Kohler : l'enquête relancée
Justice

JUSTICE - Les juges d'instructions vont reprendre leurs investigations dans l'affaire Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée soupçonné de conflits d'intérêts en raison de ses liens avec MSC. Une première enquête préliminaire avait été classée sans suite par le PNF en 2019.

Une information judiciaire a été ouverte lundi 22 juin dans l'affaire Alexis Kohler, du nom du secrétaire général de l'Elysée soupçonné de conflits d'intérêts en raison de ses liens avec l'armateur italo-suisse MSC. Ainsi, à la demande de l'association anti-corruption Anticor, des juges d'instruction vont reprendre les investigations, a appris l'AFP ce mercredi. Une première enquête préliminaire avait été classée sans suite par le parquet national financier en août 2019. Pour relancer les investigations, Anticor avait ensuite déposé une plainte avec constitution de partie civile le 4 décembre.

Lire aussi

Alexis Kohler était soupçonné d'avoir dissimulé, lorsqu'il était à Bercy, les liens professionnels et familiaux qui le liaient avec l'armateur italo-suisse MSC. Le parquet national financier (PNF) avait alors ouvert une enquête en juin 2018 pour prise illégale d'intérêts, classée sans suite en août 2019.

Macron se défend de toute intervention

Mais Mediapart a indiqué mardi 23 juin qu'Emmanuel Macron avait à l'époque adressé aux enquêteurs une note dans laquelle il assurait que son collaborateur n'était jamais intervenu dans des dossiers liés à MSC du temps de leur passage au ministère de l'Économie. Ce mercredi, les proches du président de la République ont réfuté "toute intervention dans le cours d'une procédure". "En aucun cas, le président de la République, qui est le garant de l'indépendance de la justice, n'intervient dans le cours d'une procédure judiciaire engagée", a évacué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Emmanuel Macron "considère que ne pas verser ce document aurait été priver (Alexis Kohler) d'un exercice normal et légitime de ses droits de la défense", a-t-elle fait valoir. "C'est dans ce cadre (...) qu'Emmanuel Macron a effectué une note factuelle portant sur l'exercice par Alexis Kohler de ses fonctions au sein du ministère de l'Economie", a ajouté Sibeth Ndiaye en soulignant qu'il l'a fait "ès qualités d'ancien ministre de l'Economie et donc supérieur hiérarchique d'Alexis Kohler".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent