Alexandre Benalla lâché par son avocat, son audition par les juges reportée

Justice
MAUVAIS TIMING - Me Laurent-Franck Liénard, chargé d'assurer la défense de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron pour les faits du 1er mai, a annoncé ce mercredi que sa mission s'arrêtait là. Le contexte est particulier puisque l'ancien chargé de mission de l'Élysée devait être entendu vendredi par les magistrats. Les nouveaux avocats d'Alexandre Benalla ont indiqué à LCI ce jeudi, que l'audition était reportée.

"Je lui souhaite beaucoup de courage pour affronter la suite". C'est sur Facebook et sans donner guère plus de détails que Me Laurent-Franck Liénard, avocat d'Alexandre Benalla, a annoncé ce mercredi qu'il ne défendrait plus les intérêts  de l'ancien chargé de mission de l'Élysée. "En accord avec Monsieur Benalla j'ai décidé de quitter sa défense pour les faits du 1er mai", a sobrement posté l'avocat.


Cette annonce intervient alors que l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, mis en examen pour des violence en réunion, devait être entendu ce vendredi par les juges d'instruction, pour son premier interrogatoire sur le fond. Mais les nouveaux avocats d'Alexandre Benalla ont indiqué à LCI qu'il était reporté. 

"Lâchez-le !"

Le début de semaine a été mouvementée pour Alexandre Benalla. Mardi, le parquet de Poitiers a également annoncé l'ouverture "une enquête préliminaire" après la révélation par Mediapart d'une photo où l'on voit l'ex-collaborateur de l'Elysée armé, à une période où il n'était pas titulaire d'un permis de port d'arme en bonne et due forme. Selon le site d'information, le cliché en question aurait été pris à quelques kilomètres de Châtellerault où Emmanuel Macron venait de tenir un meeting, le 28 avril 2017, soit entre les deux tours de la présidentielle. Or, l'ex-collaborateur de l'Elysée avait déclaré au Monde daté du 26 juillet qu'il ne possédait alors pas de permis l'autorisant à porter une arme en dehors du quartier général d'En Marche!, à Paris. 


Interrogé par l'AFP après ce nouveau rebondissement Me Laurent-Franck Liénard n'avait pas caché son agacement quant au traitement médiatique de l'affaire. "Je m'étonne, alors qu'il y a des choses sérieuses à traiter dans ce dossier, qu'on continue à chercher des éléments tous azimuts pour nuire à la réputation de Monsieur Benalla. Lâchez-le !", avait-il déclaré, 24 heures avant de le lâcher lui-même. Reste à savoir si, et par qui, l'avocat établi à Pontoise sera remplacé pour assurer la défense d'Alexandre Benalla.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaire Benalla : la première crise du quinquennat Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter