Affaire Benalla : le "couple de la Contrescarpe" condamné à 500 euros d'amende chacun

Justice
PROCÈS - Le couple, dont la molestation par Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe, a déclenché, quelques mois plus tard, l'affaire qui a fait trembler le pouvoir au coeur de l'été, ont échappé à une peine de prison, vendredi 8 février.

Le parquet de Paris a condamné vendredi 8 février Chloé P. et Gerogios D., le couple molesté par Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe, à 500 euros d'amende chacun. Ils étaient accusés de violences contre des policiers, envers qui ils avaient lancé divers objets, dont une carafe et un cendrier, alors que la manifestation de la Fête du Travail dégénérait sur cette place du 5e arrondissement de Paris. Leur violente interpellation, filmée puis repérée par Le Monde, avait été à l'origine de l'affaire Benalla.


Ce vendeur grec et cette graphiste française ont reconnu avoir jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre place de la Contrescarpe à Paris, dans le quartier Latin, où un rassemblement avait dégénéré après une traditionnelle journée de manifestations émaillée de violences. Dans son réquisitoire, la procureure, qui s'étonne de "l'intérêt médiatique" suscité par un "petit dossier", a dénoncé des "faits graves et inadmissibles" de la part des deux prévenus, dont elle n'a pas compris pourquoi ils étaient restés sur les lieux alors que les choses dégénéraient, après la manifestation.

"On a perdu le contrôle totalement"

Georgios D. a fait valoir ses regrets : "On n'est pas comme ça, c'est pas nous. Ça fait du mal sur nous, sur notre couple, sur les personnes qu'on aime. On s'excuse publiquement." Dans son récit des faits, sa compagne Chloé P. admet avoir "perdu le contrôle totalement", après que son compagnon "a pris un coup de matraque", juste après l'arrivée des CRS place de la Contrescarpe. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benalla, l'affaire sans fin

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter