Affaire Estelle Mouzin : les fouilles chez Michel Fourniret auront lieu lundi

DOCUMENT – Coup de tonnerre dans l'une des affaires criminelles les plus médiatiques de ces 20 dernières années. Le tueur en série, Michel Fourniret, plusieurs fois soupçonné, est passé aux aveux pour le meurtre d'Estelle Mouzin, disparue en Seine-et-Marne
Justice

AVANCÉE - Le tueur en série Michel Fourniret a avoué le 7 mars dernier le meurtre d'Estelle Mouzin, mais pas le lieu où reposerait le corps de la fillette depuis 2003. Des fouilles, reportées en raison du confinement, auront lieu dans son ancienne résidence des Ardennes à partir de lundi 22 juin.

"Je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute", avait déclaré Michel Fourniret à propos d'une photo d'Estelle Mouzin, début mars, après des années d'interrogations. La juge parisienne qui l'avait mis en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" avait alors pu obtenir l'aveu de l'enlèvement et du meurtre de la fillette, mais pas l'endroit où il aurait caché son corps. 

Celui qui surnommé "L'ogre des Ardennes", désormais âgé de 78 ans, souffre de problèmes de mémoire, rendant les interrogatoires compliqués. Michel Fourniret a cependant demandé à être amené à Guermantes. C'est dans cette ville de Seine-et-Marne qu'Estelle Mouzin a disparu, le 9 janvier 2003, alors qu'elle rentrait de l'école. 

De précédentes fouilles dans une autre propriété

En parallèle, des fouilles seront menées à partir de lundi 22 juin dans les Ardennes pour retrouver le corps de la fillette. Ces fouilles, initialement prévues avant le confinement, seront menées par des militaires sur l'ancienne résidence du tueur en série, à Ville-sur-Lumes, a indiqué à l'AFP une source policière, confirmant une information du journal L'Union. Des fouilles avaient déjà eu lieu sur une autre propriété de Michel Fourniret à Floing, un hameau à quelques kilomètres de Ville-sur-Lume, en 2017 et 2018, sans résultats.

Michel Fourniret a été doublement condamné à perpétuité incompressible depuis 2008, pour les meurtres de huit jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, précédés de viol ou tentative de viol, et trois agressions d'autres jeunes filles ayant réussi à lui échapper. Certains corps n'ont jamais été retrouvés. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent