Affaire Ferrand : l'association Anticor veut relancer l'enquête et porte plainte

JUSTICE - L'association Anticor, qui lutte contre la corruption et pour l'éthique en politique, a déposé plainte à Paris auprès du pôle financier dans le cadre de l'affaire Ferrand afin de relancer l'enquête contre le patron des députés LREM. Elle intervient un mois après un premier classement sans suite au parquet de Brest.

Elle souhaite relancer l'affaire. L'association Anticor, qui lutte contre la corruption et pour l'éthique en politique, a déposé une plainte à Paris dans le cadre de l'affaire Ferrand, a appris l'AFP ce jeudi 9 novembre.  Une démarche qui intervient près d'un mois après le classement sans suite du parquet de Brest.

En vidéo

Affaire Richard Ferrand : que reproche-t-on au ministre ?

En effet, la précédente enquête sur l'affaire du bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand, avant d'être loué aux Mutuelles de Bretagne, alors qu'il en était encore le directeur général, n'a pas abouti. Or, en déposant une plainte pour "prise illégale d'intérêts", "recel" et "complicité de délit", avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d'instruction de pôle financier de Paris, Anticor a de fortes chances de voir un magistrat ouvrir à nouveau une enquête sur ce dossier, initialement révélé par Le Canard Enchaîné.


Contacté par LCI ce jeudi, Jean-Christophe Picard, président d'Anticor, a expliqué : "Nous ne sommes pas d'accord avec l'analyse du procureur, qui estime que l'éventuelle infraction de prise illégale d'intérêts serait prescrite. Au contraire, nous estimons qu'elle n'est pas encore precrite puisqu'il s'agirait en l'espèce d'une infraction dissimulée et que dans ce cas le délai de prescription ne commence pas à compter des faits, mais à compter de la révélation des faits, donc à partir des révélations du Canard Enchaîné."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’affaire Richard Ferrand

Plus d'articles

Sur le même sujet