Affaire Fiona : Cécile Bourgeon veut se faire hypnotiser pour localiser le corps de sa fille

Affaire Fiona : Cécile Bourgeon veut se faire hypnotiser pour localiser le corps de sa fille
Justice

Toute L'info sur

Mort de Fiona : peine alourdie en appel pour la mère

JUSTICE - La mère de Fiona, dont le corps n'a jamais été retrouvé, a demandé à être hypnotisée pour localiser le lieu où, avec son compagnon, elle aurait enterré le corps de l'enfant en 2013 et dont elle dit ne pas se souvenir. Ce n'est pas la première fois qu'elle effectue cette demande.

L’hypnose pour aider à retrouver la dépouille de Fiona ?  Cécile Bourgeon, la mère de l'enfant voudrait en effet "tenter l’expérience" pour tenter de localiser le corps de sa fille, assure ce samedi Le Parisien. Un médecin serait prêt à y recourir alors que le procès de Cécile Bourgeon et de son ex-compagnon Berkane Makhlouf n'avait pas permis de savoir ce qu’était devenu le corps de Fiona. Le couple a toujours expliqué l’avoir enterré dans une forêt près du lac d’Aydat mais sans se rappeler précisément du lieu. Les recherches n’ont jusque-là rien donné pour le retrouver. 

En février dernier, ils avaient été condamnés en appel à vingt ans de réclusion pour violences volontaires ayant entraîné la mort de Fiona. La mère, qui nie toute maltraitance, a formé un pourvoi en cassation, tout comme son ex-compagnon. Lequel devrait être examiné à l’automne. 

Lire aussi

Une pratique qui n'a pas de valeur juridique

"Pour le corps de Fiona, j’ai réfléchi, il n'y a qu'une solution : un hypnotiseur", a-t-elle ainsi dit à l’un de ses avocats, fin mars. "Notre cliente souhaite simplement apporter une sépulture décente à sa fille. On ne peut la suspecter d’être dans une démarche utilitaire. Si on retrouve le corps, cela n’aura pas d’incidence sur le verdict", indiquent  Mes Gilles-Jean et Renaud Portejoie au journal. Cette demande n’est pas nouvelle. En 2013, Cécile Bourgeon, alors en détention provisoire, avait déjà demandé au juge d’instruction d’y recourir. 

Mais en France, un témoignage obtenu sous hypnose n’a aucune valeur. Le journal rappelle en effet qu’un arrêt de la cour de cassation de 2001 a annulé la mise en examen d’un homme entendu comme témoin du meurtre de sa femme. "N’ayant rien à se reprocher, et un peu naïvement, il avait accepté la proposition des gendarmes. La séance a fait remonter tout une problématique personnelle sur la base de laquelle mon client a ensuite été interrogé en garde à vue, où il s’est mis à parler à la troisième personne", a relaté son avocat Me Philippe Expert. Un "état de transe" et des "aveux dévoyés" qui lui ont valu de passer un an en prison. Un non-lieu a été prononcé en 2017 . 

Mais dans le cas de Cécile Bourgeon, l’hypnose ne porterait pas sur une reconnaissance des faits mais sur sa mémoire qui, selon elle, lui fait défaut lorsqu’elle tente de se souvenir du lieu de sépulture. Un praticien aurait donné son accord. L’administration pénitentiaire n’a de son côté pas encore donné le sien. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent