Affaire Grégory : "menacée de mort" et en proie à "des pensées suicidaires", Murielle Bolle entame une grève de la faim

NOUVEAU REBONDISSEMENT - Maître Christophe Ballorin, l'avocat dijonnais de Murielle Bolle, a annoncé que sa cliente, en détention depuis une semaine, venait d’entamer une grève de la faim.

Incarcérée à la maison d’arrêt de Dijon depuis jeudi dernier après sa mise en examen pour "enlèvement suivi de mort" dans l’affaire de l’assassinat du petit Grégory, Murielle Bolle, 48 ans, a entamé une grève de la faim, révèle Le Bien Public ce jeudi. 


"Mme Bolle vit un calvaire", a expliqué son avocat Christophe Ballorin au journal. "Elle est menacée de mort, elle est à l'isolement mais elle n'en peut plus. Elle vit un cauchemar ! Elle clame son innocence. Comme elle, nous demandons une confrontation avec son cousin le plus vite possible (ndlr : cousin qui affirme qu’elle est revenue sur premiers aveux de 1984 incriminant Bernard Laroche après avoir été molestée par sa famille). Pour protester, Murielle Bolle a débuté ce jour une grève de la faim.... "


"Elle ne peut pas sortir de sa cellule sans être menacée de mort (....). Elle m'a confié qu'elle nourrissait des pensées suicidaires" , a expliqué l’avocat sur LCI. 

Concernant l'hébergement demandé par la justice hors des Vosges pour que sa cliente puisse obtenir une libération sous contrôle judiciaire, Me Ballorin indique au Bien Public n’avoir encore rien trouvé. "Si une congrégation religieuse ou une maison du diocèse peut l'accueillir en Côte-d'Or, nous sommes preneurs... ", dit-il.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Grégory

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter