Affaire Grégory : Monique Villemin, la grand-mère du petit garçon assassiné, est décédée

Affaire Grégory : Monique Villemin, la grand-mère du petit garçon assassiné, est décédée
Justice

DISPARITION - Monique Villemin, mère de Jean-Marie Villemin et grand-mère de Grégory, retrouvé mort à quatre ans dans une rivière des Vosges le 16 octobre 1984, est décédée à l'âge de 88 ans. L'octogénaire est, selon ses proches, très probablement décédée des suites du coronavirus.

Une affaire qui n'a jamais été résolue, et un nouveau personnage clé qui disparait. Après l'assassinat de Bernard Laroche, après le suicide du juge Lambert, c'est maintenant Monique Villemin qui s'en est allée, emportée probablement par le Covid 19. La mère de Jean-Marie Villemin et grand-mère de Grégory, retrouvé mort à quatre ans dans une rivière des Vosges le 16 octobre 1984, est décédée à l'âge de 88 ans.

Monique Villemin "est décédée (dimanche) matin dans un Ehpad", a indiqué Thierry Moser, avocat de Jean-Marie et Christine Villemin, parents de Grégory, qui l'ont prévenu. Depuis plusieurs semaines", sa santé était très dégradée. Il se pourrait que son décès soit lié au Covid-19".

Selon l'avis de décès, Monique Villemin est morte dans un Ehpad à Baccarat (Meurthe-et-Moselle), où elle avait été admise avec son mari, Albert, il y a environ six mois, selon Philippe Petitgenêt, maire d'Aumontzey (Vosges) où le couple résidait. Monique et Albert Villemin avaient été entendus comme témoins à leur domicile lorsque l'affaire Grégory avait été relancée en juin 2017.

Lire aussi

"Elle emporte dans la tombe des secrets"

Toute l'info sur

L'affaire Grégory

"Jean-Marie est évidemment triste, c'est le chagrin d'un fils qui perd sa mère malgré les difficultés très intenses qui ont pu exister entre eux à un moment donné", a ajouté Me Moser. Jean-Marie Villemin reprochait à sa mère de détenir des informations sur la mort de son garçon et la soupçonnait de vouloir protéger son fils aîné, Michel.  "Je pense que Monique savait certaines choses en ce qui concerne le crime de Grégory, elle aurait pu faire certaines révélations, mais elle ne l'a pas fait pour des raisons qui lui appartiennent", a estimé Me Moser auprès de l'AFP. 

"En juin 2017, je lui avais parlé. Sa disparition referme l'album de famille", a déclaré Me Olivier Baratelli, avocat de Monique Villemin et de son époux Albert. "Elle emporte dans la tombe des secrets qui pourraient bien sonner le glas de la manifestation de la vérité dans ce dossier emblématique du XXe siècle. Disparaît l'un des éléments-clés du dossier: le coronavirus aura eu raison de la fièvre du dossier".

Frédéric Berna, l'un des avocats de Jacqueline et Marcel Jacob, frère de Monique Villemin, ignore si la mort de cette dernière peut être "un verrou qui saute et qui libère la parole de plusieurs membres de la famille", notamment Albert, le père de Jean-Marie. "Est-ce qu'Albert sait certaines choses et aurait été empêché par Monique de dire ce qu'il sait ? C'est une supposition, une hypothèse, et est-ce que le décès va changer quelque chose ? Je n'en sais strictement rien", a commenté Me Moser.

Jacqueline et Marcel Jacob, ainsi que Murielle Bolle, belle-soeur de Bernard Laroche qu'elle avait dénoncé en 1984 avant de se rétracter, avaient été mis en examen en 2017 pour "enlèvement et séquestration suivie de mort".  Mais les trois procédures ont été annulées en mai 2018 pour vice de forme. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent