Affaire Griveaux : l'avocate d'Alexandra De Taddeo assure que sa cliente "n'est pas à l'initiative" de la diffusion des images

Affaire Griveaux : l'avocate d'Alexandra De Taddeo assure que sa cliente "n'est pas à l'initiative" de la diffusion des images
Justice

RÉACTION - Alexandra De Taddeo, compagne de l'artiste-activiste russe Piotr Pavlenski, a été mise en examen dans le cadre de l'enquête ouverte sur l'affaire Griveaux. Interrogée sur le plateau de LCI, son avocate explique qu'elle n'aurait pas été à l'initiative de la diffusion des vidéos intimes de l'ex-candidat à la mairie de Paris.

Toute l'info sur

Griveaux emporté par la divulgation d'une sextape

Sa cliente "a envie de s'expliquer, de répondre". Invitée mardi soir sur le plateau de LCI, Me Noémie Saidi-Cottier, avocate d'Alexandra De Taddeo, aux accusations pesant sur sa cliente dans le cadre de l'enquête ouverte sur l'affaire Griveaux. Mise en examen pour "atteinte à l’intimité de la vie privée" et "diffusion sans l’accord de la personne d’un enregistrement portant sur des paroles ou des images à caractère sexuel et obtenu avec son consentement", la compagne de l'artiste Piotr Pavlenski aurait, selon son avocate, coopéré avec la police au cours de sa garde à vue, donnant notamment les codes de son téléphone. Elle a néanmoins affirmé qu'elle n'était pas à l'origine de la diffusion des images intimes de l'ex-candidat LaREM à la mairie de Paris. 

 

"Elle est contente d'être sortie, heureuse que Piotr Pavlenski rentre chez lui", a déclaré Me Noémie Saidi-Cottier. Questionnée quelques heures plus tôt Alexandra De Taddeo avait fait savoir qu'elle soutenait "bien sûr" son compagnon. "Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur elle, par exemple que c’était une espèce de Mata Hari envoyée par le Kremlin pour piéger des proches d’Emmanuel Macron [...] qu’elle aurait tendu un piège", soutient Me Noémie Saidi-Cottier.  L'avocate explique par ailleurs que les vidéos, diffusées depuis sur Internet, sont datée, envoyées au printemps 2018. Elle ne connaît alors pas Piotr Pavlenski qu'elle ne rencontre qu'en décembre 2018 selon Me Noémie Saidi-Cottier : "elle n'a alors pas idée de ce qui va se passer". 

Lire aussi

"Elle n'est pas heureuse que les images soient diffusées"

"Elle n’est pas à l’initiative, elle n’a pas participé, elle n’avait pas envie" de relayer ces images assure son avocate qui ajoute qu'"elle est fâchée, elle n'est pas heureuse que les images soient diffusées" sur le web. Me Noémie Saidi-Cottier assure toutefois qu'Alexandra de Taddeo soutient "la démarche de son compagnon".

 

Me Noémie Saidi-Cottier affirme également ne pas croire que sa cliente ait été manipulée - contrairement à ce que pensent ses proches - par son compagnon pour qui "elle a de l'admiration, pour son travail, son engagement politique". L'avocate, qui n'avait pu s'entretenir avec Alexandra De Taddeo que "trois-quatre heures" avant son passage à l'antenne, déclare par ailleurs ignorer si sa cliente détient d'autres images intimes ou non de l'ancien candidat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 186.000 demandes d'aides d'entreprises pour le mois d'octobre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Interview choc de Diana en 1995 : la BBC ouvre une enquête, William espère que cela aidera "à établir la vérité"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent