Affaire Lelandais : une photo troublante du trentenaire dans une discothèque fréquentée par un jeune homme décédé en 2015

Justice
FAIT DIVERS - Le père de Thomas Rauschkolb, mort en 2015, a reçu, en mars dernier, une photo de Nordahl Lelandais prise dans la boîte de nuit où son fils a fait la fête avant son décès il y a quatre ans. Si les gendarmes travaillent sur cette piste, comme sur une quarantaine d'autres dossiers, ils restent prudents.

Nouvel élément troublant dans le cadre des investigations menées dans les affaires Nordahl Lelandais. Le père de Thomas Rauschkolb, jeune homme de 18 ans décédé en 2015 a reçu il y a deux mois une photo surprenante. Le cliché, pris en 2012, tend à prouver que Thomas Rauschkolb, avant sa mort,  fréquentait la même discothèque de Nordahl Lelandais, le Studio 54, une boîte de nuit située à Grésy-sur-Aix (Savoie).  


Selon les gendarmes, cela ne prouve rien. Toutefois, les enquêteurs travaillent sur ce dossier, comme sur une quarantaine d’autres.... 

Photo reçue en mars

Cette photo postée sur Facebook, Francis Rauschkolb l’a reçue il y a quelques semaines, le 18 mars précisément. Pour lui, ce cliché n’a rien d’anodin. C’est dans cette même boîte de nuit que son fils Thomas retrouvé mort en 2015, soit trois ans après, a été vu pour la dernière fois. 


"Ca nous permet d’avancer et de permettre à la justice d’aller voir Lelandais et de lui demander des explications, a commenté le papa endeuillé sur TF1. Il ne pourra pas dire ! : 'Non, je ne connais pas cette discothèque et ainsi de suite'". 

Le père prêt à aller jusqu'à l'exhumation

Pour l’heure, rien ne dit que Nordahl Lelandais se trouvait dans cette même discothèque le jour de la disparition de Thomas Rauschkolb mais cette coïncidence pourrait bien relancer l’enquête.  "S’il faut aller jusqu’à l’exhumation, on ira jusqu’au bout. Il est hors de question de ne pas se battre", conclut le père de Thomas Rauschkolb. 


Une cellule spécialisée de la Gendarmerie nationale a identifié "une quarantaine" de dossiers criminels non résolus dans lesquels un lien avec l'ex-militaire peut être envisagé.En janvier 2018, peu après la mise en examen de cet ancien maître-chien pour le meurtre de la petite Maëlys et pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer, une cellule spécialisée avait été créée au sein de la Gendarmerie nationale.  Son but: effectuer des recoupements entre le "parcours de vie" de Nordahl Lelandais et quelque 900 dossiers de disparitions ou de crimes non élucidés dans une vingtaine de départements.


Après un an de travail, les sept enquêteurs qui composent cette cellule baptisée "Ariane", en lien avec les sections de recherches locales, ont dégagé une liste d'une "quarantaine" d'affaires où la piste de Nordahl Lelandais peut-être envisagée, a annoncé lundi Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la Gendarmerie nationale.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

LE WE 20H

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter