Qui est Alain Jakubowicz, l'homme qui a poussé Nordahl Lelandais aux aveux ?

JUSTICE - Médiatique, polémique, starisé... Maître Alain Jakubowicz est l'avocat qui a amené Nordahl Lelandais à dire aux enquêteurs où il avait enterré la petite Maëlys. Eléments de portrait.

C’est sur les conseils de Me Alain Jakubowicz que Nordahl Lelandais a décidé de passer aux aveux. Plus de cinq mois de silence anéanti par la découverte d'une trace de sang de Maëlys sous les tapis de sol du coffre de son véhicule ont poussé le suspect numéro 1 dans l’affaire Maëlys à avouer le meurtre "accidentel" de la fillette. Mais qui est cet avocat qui a poussé Lelandais à tout balancer ?

Né en 1953 de parents polonais et autrichien ayant échappé par miracle à la déportation dans les années 1930, Alain Jakubowicz démarre sa carrière d’avocat en 1976, en fondant le cabinet Jakubowicz & Mallet-Guy associés à Lyon. Malgré sa profession, il fera un peu de politique entre 1989 et 1995 en tant que délégué aux droits de l’homme à Michel Noir, maire RPR de Lyon.


En plus de son engagement politique, il commence en tant qu’avocat à prendre en main des affaires extrêmement médiatiques. En 1987, aux côtés de Roland Dumas, Yves Jouffa et Serge Klarsfeld, il participe pour le Consistoire israélite de France au procès de Klaus Barbie, tortionnaire nazi accusé de crimes contre l’humanité. En 1997, il retrouve ses trois confrères pour le procès de Maurice Papon en 1997.

Ces procès le font connaître. Par la suite, il prendra en main un certain nombre d’affaires très médiatiques. Il sera l’avocat en 2005 des victimes de la catastrophe du tunnel du mont Blanc puis de celles du crash du vol Rio-Paris AF447 en 2009. En 2015, il prend la défense de Karim Benzema dans l’affaire de chantage présumé à la sextape de Mathieu Valbuena en 2015.


C'est en septembre dernier qu'il devient le conseil de Nordahl Lelandais, suspect numéro 1 dans l’affaire de la disparition de Maëlys. Jusqu'aux aveux de son client, il va tout faire, et notamment dans les médias, pour attaquer la chronologie de la nuit de la disparition de la fillette établie par le procureur et les juges.

Ce "juif sans Dieu", comme il a l’habitude de se décrire, est un fervent opposant au racisme et à l’antisémitisme. Depuis 1986, il est membre exécutif de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme plus connu sous le nom de LICRA. Il en prendra la présidence du 31 janvier 2010 à octobre 2017. 


Pendant cette période à la tête de la LICRA, Me Alain Jakubowicz va provoquer un certain nombre de polémiques. En novembre 2016, il avait suscité un débat très vif sur Twitter, en appelant à "reprendre le combat contre cette imposture qu'est le concept d'islamophobie".

Sous le hashtag #idiotsutiles, l’ancien patron de la Licra avait notamment égratigné un concept qui serait, à ses yeux, "un détournement de la lutte contre le racisme antimusulman". Selon lui, le concept le plus juste, sur le plan sémantique, serait donc celui de "racisme antimusulman". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter