Affaire Maëlys : un ancien co-détenu de Nordahl Lelandais assure avoir reçu ses confidences

Affaire Maëlys : un ancien co-détenu de Nordahl Lelandais assure avoir reçu ses confidences

ENQUÊTE - Nordahl Lelandais, meurtrier présumé de la petite Maëlys, disparue à l'été 2017, aurait confié à un voisin de cellule à la fin de l'année 2018 avoir violé la fillette avant de la frapper à mort. Il aurait également révélé avoir tué Arthur Noyer à cause d'un refus de ce dernier de lui accorder une faveur sexuelle.

De nouvelles révélations dans l’affaire Lelandais. Deux ans après la disparition de Maëlys, lors d’une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère,  le meurtrier présumé de la petite fille, Nordahl Lelandais, se serait confié à son voisin de cellule, à la prison de Saint-Quentin-Fallavier.

Selon des révélations par Le Parisien et confirmées à LCI par le procureur de la république de Grenoble, l’ancien militaire aurait raconté des détails sordides et encore jamais entendus par les enquêteurs à son co-détenu à la fin de l’année 2018. L'homme en question, un "trentenaire condamné pour des délits de droit commun", a répété que Nordahl Lelandais lui avait révélé comment il avait violé la jeune Maëlys avant de la tuer en la frappant pour l’empêcher de se débattre. Dans le même temps, il aurait également avoué avoir tué le caporal Arthur Noyer, ce dernier lui refusant une faveur sexuelle.

Convoqué par les juges d'instruction de Grenoble, le voisin de cellule aurait déclaré : "Je ne pouvais pas garder ça pour moi, justifie-t-il. C'était important ce qu'il m'a dit." Le procureur de la république de Grenoble indique par ailleurs que le mis en cause conteste les propos tenus par cet ex co-détenu.

Toute l'info sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

Lire aussi

Lelandais dément les révélations

Selon Le Parisien, ce témoignage est pris au sérieux par les magistrats instructeurs dans la mesure où le détenu en question n'a "rien à gagner sur le plan judiciaire" en faisant ces révélations, puisqu'il est libérable quatre mois après son témoignage. Dans l'affaire Maëlys, Nordahl Lelandais assure avoir tué la fillette de façon accidentelle, la frappant sans avoir l'intention de la tuer. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande la vaccination des enfants fragiles

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Noël à Bordeaux : pas "d'arbre mort" mais un sapin de verre et d'acier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.