Affaire Mila : l'enquête pour "provocation à la haine raciale" classée sans suite

Affaire Mila : l'enquête pour "provocation à la haine raciale" classée sans suite

ENQUÊTE - Le parquet de Vienne a décidé du "classement sans suite" de l'enquête pour "provocation à la haine raciale" à l'encontre de l'adolescente de 16 ans.

L'enquête pour "provocation à la haine raciale" a été classée sans suite par le procureur de la République de Vienne, ce jeudi 30 janvier. L'adolescente de 16 ans ne sera pas poursuivie pour les propos hostiles à l'islam qu'elle a tenus sur Instagram et qui lui ont valu une campagne de cyberharcèlement et des menaces de mort. 

"Les investigations conduites aux fins d'exploitation des propos diffusés, d'analyse de leur dimension contextuelle, de la personnalité de leur auteure et des finalités poursuivies, n'ont révélé aucun élément de nature à caractériser cette infraction pénale", détaille le procureur de la République de Vienne dans un communiqué rapporté par "Le Dauphiné". 

Lire aussi

Une deuxième procédure toujours en cours

La deuxième enquête, visant les menaces de mort reçues par la jeune adolescente, est toujours en cours. Elle a été confiée à la section des Recherches de la gendarmerie, compétente en matière de cyber-criminalité, qui continue "afin d'identifier et de poursuivre les auteurs des menaces graves et réitérées proférées à l'encontre d'une jeune fille mineure".

L'affaire Mila a suscité bien des débats, y compris dans les hautes sphères de l'Etat. Interrogée sur Europe 1 mercredi 29 janvier, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a estimé mercredi à propos de cette affaire que "dans une démocratie, la menace de mort est inacceptable (...). L'insulte à la religion, c'est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c'est grave, mais ça n'a pas à voir avec la menace (de mort, NDLR)".
  

Devant le tollé suscité par ces propos légitimant selon ses détracteurs un "délit de blasphème", elle a ensuite plaidé la maladresse et assuré notamment ne pas remettre en cause "le droit de critiquer la religion".

Lire aussi

Le parquet ajoute que l'enquête "a démontré que les propos diffusés, quelle que soit leur tonalité outrageante, avaient pour seul objet d'exprimer une opinion personnelle à l'égard d'une religion, sans volonté d'exhorter à la haine ou à la violence".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Belgique avance ses vacances scolaires d'une semaine, le masque obligatoire dès 6 ans

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.