Affaire Morandini : l'enquête pour "harcèlement sexuel" classée sans suite

Affaire Morandini : l'enquête pour "harcèlement sexuel" classée sans suite

CLASSÉ - Dans l'affaire des castings controversés, les faits de harcèlement sexuel dont était soupçonné l'animateur Jean-Marc Morandini, ont été classés sans suite. Il reste poursuivi pour "corruption de mineurs aggravée".

L'enquête ouverte pour "harcèlement sexuel" sur les castings controversés pour une websérie produite par l'animateur Jean-Marc Morandini a été classée sans suite par le parquet de Paris, a-t-on appris mercredi 18 janvier de source judiciaire. Le parquet a classé sans suite cette enquête préliminaire également ouverte pour "travail dissimulé", en raison d'"infractions insuffisamment caractérisées", a expliqué la source judiciaire. Il reste mis en examen dans une autre affaire, pour "corruption de mineurs aggravée".


Cet été, des comédiens avaient dénoncé dans une enquête publiée le 13 juillet dans Les Inrockuptibles, les conditions de casting et de tournage des Faucons, une websérie produite par Jean-Marc Morandini et  comportant des scènes osées. Cinq jeunes comédiens, dont deux avaient témoigné dans le magazine, avaient porté plainte contre l'animateur.  Selon l'hebdomadaire, Jean-Marc Morandini aurait demandé à des jeunes de se montrer nus et de se masturber.  Deux autres jeunes hommes ont également porté plainte contre l'animateur pour des faits similaires remontant à 2009 et 2012. Ils étaient tous les deux mineurs au moment des faits. 

En août, deux enquêtes disctinctes sont ouvertes et visent l'animateur d'Europe 1, l'une pour "corruption de mineurs" et l’autre pour "harcèlement sexuel et travail dissimulé. Placé en garde à vue le 21 septembre, Jean-Marc Morandini est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire le 23 septembre. L'animateur a toujours nié les faits.  

En vidéo

Retour sur l'affaire Morandini

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Morandini

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter