Affaire Robert Boulin : quarante ans après, un deuxième juge va enquêter sur la mort du ministre

Justice

JUSTICE - Le tribunal de Versailles a nommé un deuxième juge qui sera chargé d'enquêter sur la mort mystérieuse de Robert Boulin, ce ministre retrouvé mort dans la forêt de Rambouillet en 1979.

Quarante ans après, la famille aura-t-elle enfin des réponses ? Le tribunal de Versailles a nommé un deuxième juge pour enquêter sur la mort de Robert Boulin, ce ministre retrouvé mort en 1979, dans la forêt de Rambouillet et dont le décès demeure, quarante ans après, encore inexpliqué. 

C'est la fille du ministre qui a obtenu cette nomination. Une information confirmée par son avocate, Marie Dosé, auprès de l'AFP. Ce deuxième juge a été nommé à Versailles "début 2019" à la suite d'une demande faite le 9 novembre 2018 par Fabienne Boulin, a indiqué l'avocate, confirmant une information de 20 minutes.

Le temps presse

Cette nomination a été faite car "la lenteur des investigations menées dans un dossier comme celui-là est extrêmement préjudiciable", a expliqué l'avocate, soulignant que les "témoins meurent" et que "les investigations se révèlent compliquées à réaliser si on laisse passer trop de temps". La demande a aussi été faite "parce que la collégialité est synonyme de neutralité. C'est important que Fabienne Boulin puisse ressentir la neutralité du positionnement des magistrats, ce qu'elle ne ressent pas pour l'instant", a déclaré le conseil. 

L'histoire de la disparition de Robert Boulin est une énigme que des générations d'enquêteurs ne sont pas parvenus à résoudre au fil des décennies. Le corps de Robert Boulin avait été retrouvé le 30 octobre 1979 au matin, dans 50 cm d'eau, dans l'étang du Rompu à Saint-Léger-en-Yvelines (Yvelines). Officiellement, il se serait suicidé après avoir absorbé des barbituriques. La veille, en quittant le ministère de Travail, il avait déposé des dossiers confidentiels dans son appartement de Neuilly-sur-Seine puis était parti pour une destination inconnue. 

Lire aussi

La justice avait conclu à un suicide en 1991 et prononcé un non-lieu, une décision contestée par la famille du défunt qui a toujours soutenu la thèse d'un assassinat politique. Après un non-lieu rendu la même année et deux précédents refus de réouverture de l'enquête, une nouvelle instruction pour "arrestation, enlèvement et séquestration suivi de mort ou assassinat" a été ouverte en août 2015, à la suite d'une plainte de Mme Boulin. En juin dernier, lors d'une conférence de presse, Fabienne Boulin avait demandé à la justice d'accélérer l'enquête sur la mort de son père, se disant "très inquiète". 

"J'ai l'impression qu'on passe à côté de l'essentiel, on passe à côté de témoins qui ne demandent qu'à être entendus", avait-elle déploré. Une quinzaine de témoins jamais auditionnés pouvaient l'être, avait alors indiqué Me Dosé, ajoutant que la préfecture de police avait également mis à disposition de la justice plusieurs archives non classifiées des services de police de l'époque, dont des documents ne figurant pas au dossier. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter