Affaire Squarcini : Laurent Marcadier, cadre de LVMH et ancien magistrat, mis en examen

Affaire Squarcini : Laurent Marcadier, cadre de LVMH et ancien magistrat, mis en examen
Justice

JUSTICE - Un ancien magistrat, Laurent Marcadier, reconverti dans la sécurité au sein du groupe de luxe LVMH, a été mis en examen jeudi 13 octobre dans une enquête pour trafic d'influence pour laquelle l'ex-directeur du renseignement Bernard Squarcini est poursuivi.

Laurent Marcadier, reconverti dans la sécurité au sein du groupe de luxe LVMH, a été mis en examen jeudi 13 octobre dans l'enquête sur les activités dans le privé de l'ancien patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini.

Ce magistrat de formation est soupçonné de complicité et de recel de violations du secret professionnel et du secret de

l'instruction, ainsi que d'entrave aux investigations, a-t-on précisé de source judiciaire. Un autre cadre de la sécurité du groupe entendu au début du mois par les enquêteurs devait être convoqué par le juge d'instruction.   

Des éléments confidentiels sur une plainte de Hermès contre LVMH

Alors en poste à la cour d'appel de Paris, qu'il s'apprêtait à quitter pour rejoindre le groupe de luxe, Laurent Marcadier est soupçonné d'avoir divulgué en mars 2013 à Bernard Squarcini des éléments confidentiels sur une plainte déposée par Hermès contre le groupe LVMH.

   

A l'époque, l'ancien patron de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), qui avait monté une société de conseil en sécurité, Kyrnos, avait pour principal client le groupe de luxe. Ces soupçons, qui ont aussi conduit à la mise en examen de l'ancien patron de la police judiciaire parisienne, Christian Flaesch, ont pour origine des écoutes judiciaires de Bernard Squarcini en 2013, dans une enquête qui visait cette fois l'homme d'affaires Ziad Takieddine.

Bernard Squarcini, ancien homme fort de la police sous Nicolas Sarkozy, dont il est proche, a été mis en examen dans cette affaire le 28 septembre, notamment pour recel de violation du secret de l'instruction, trafic d'influence et détournement de fonds publics, et placé sous contrôle judiciaire. 

Il est soupçonné d'avoir profité de ses relations dans la police et de ses réseaux pour obtenir des privilèges ou des informations confidentielles sur des enquêtes en cours.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent