Agression raciste dans le métro parisien : les supporters de Chelsea devant la justice ce mardi

Souleymane Sylla
Justice

JUSTICE - Quatre supporters de Chelsea, soupçonnés d'avoir empêché un passager noir de monter dans une rame de métro en février 2015, vont comparaître ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Quatre supporters de Chelsea, soupçonnés d’avoir empêché Souleymane Sylla, un père de famille franco-mauritanien à la peau noire, de monter dans une rame de métro à Paris en février 2015, vont comparaître devant la justice ce mardi. Près de deux ans après les faits, ils sont appelés à se présenter devant le tribunal correctionnel de Paris pour violence volontaire à caractère raciste en marge d’un match de football opposant le club de Chelsea au PSG. En rejetant Souleymane Sylla, le groupe de supporters avait chanté en chœurs : "Nous sommes racistes, nous sommes racistes et on aime ça".

Traumatisme

"J'attends ce procès depuis bientôt deux ans. J'espère qu'il me permettra de tourner la page et de me reconstruire", a confié Souleymane Sylla au Parisien. En février dernier, il avait été invité à assister au match Chelsea-PSG et avait affirmé, que s’il n’était pas fan de football, sa présence symbolisait beaucoup. "Je veux montrer aux Anglais et en particulier à mes agresseurs que je suis toujours là, toujours bien vivant". 

Quelques mois après son agression, Souleymane Sylla avait confié son calvaire dans les colonnes du Guardian :  "Ce jour-là, tout ce que j’essayais de faire, c’était de rentrer chez moi. J’ai essayé de reprendre une vie normale après cette agression, mais, traumatisé, j’ai eu du mal à reprendre le chemin du métro. Je ne prends plus le métro désormais. Pour la première fois de ma vie, je suis traité pour dépression et j’ai dû prendre des arrêts maladie. J’ai l’impression de ne plus être la même personne depuis ce jour". Les quatre supporters mis en cause ont toujours nié les faits et ce, en dépit des images enregistrées par les vidéosurveillances de la RATP et d’un témoin. SOS Racisme et la Licra se sont portées parties civiles.

Lire aussi

En vidéo

Cette-fois, c'est un supporter de Chelsea qui n'a pas pu monter dans le métro parisien

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter