Enquête ouverte après la chute d'un réacteur en plein vol qui a traumatisé les passagers d'un A380

DirectLCI
JUSTICE - Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris ce jeudi après le dépôt d'une plainte par des passagers d'un Airbus A380. Une partie d'un réacteur s'était décrochée en plein vol le 29 septembre dernier, alors que l'appareil d'Air France faisait la liaison entre Paris et Los Angeles.

Le 29 septembre dernier, les 496 passagers et 24 membres de l’équipage du vol d’Air France reliant Paris à Los Angeles ont eu la peur de leur vie. Une partie d'un des réacteurs de l'A380-800 d'Airbus, faisant la liaison Paris-Los Angeles, s'était décrochée en plein vol, contraignant l'avion à se dérouter vers l'aéroport militaire de Goose Bay, au Labrador, dans l’est du Canada, sans conséquences.


Après cet incident, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris, après le dépôt d'une plainte par des passagers de l’A380, a appris l’AFP ce jeudi de source judiciaire, confirmant une information initialement révélée par Le Point. Ces passagers avaient déposé une plainte contre X en décembre dernier pour "mise en danger de la vie d'autrui". L’enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens (GTA), selon la même source à l’AFP.

La soufflante se serait détachée en vol

Le moteur - construit par les américains General Electric et Pratt et Whitney au sein d'Engine Alliance – est examiné par des enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), après avoir été déposé au centre de maintenance du motoriste à Cardiff, au Pays de Galles. Selon les premières observations des enquêteurs du BEA, la soufflante, qui est le premier élément tournant à l'avant du moteur, s'est détachée en vol, entraînant par conséquent une perte de l'entrée d'air. 


"Les conditions qui ont suivi la perte du moteur ont été extrêmement traumatisantes pour les passagers et l'équipage, ainsi qu'il ressort d'un grand nombre de témoignages, tous concordants", rapporte la plainte déposée le 11 décembre par les passagers, que l’AFP a pu consulter. Après deux mois d’immobilisation au Canada, l'A380 est revenu sur le sol français au début du mois de décembre, après que le remplacement de son moteur défectueux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter