Il lance une alerte à la bombe sur un vol Lyon-Rennes... pour ne pas que ses parents le rejoignent

Il lance une alerte à la bombe sur un vol Lyon-Rennes... pour ne pas que ses parents le rejoignent

Justice
DirectLCI
INCIDENT - Un jeune étudiant risque cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende pour avoir lancé une fausse alerte à la bombe sur un vol easyJet reliant Lyon à Rennes vendredi. Il ne voulait pas que ses parents le rejoignent à Rennes.

Sans doute qu'un petit SMS ou un coup de téléphone pour tenter de dissuader ses parents aurait eu moins de conséquences... Un étudiant rennais qui avait lancé une fausse alerte à la bombe vendredi dernier, concernant un vol de la compagnie easyJet entre les villes de Lyon et Rennes, comparaîtra en mai prochain, a annoncé le parquet. 

"Maman, je voulais que tu rates l'avion"

Vendredi 18 janvier, cet avion de la compagnie transportant 150 passagers avait dû rebrousser chemin en vol après un appel téléphonique anonyme faisant état de la présence d'une bombe à bord de l'appareil. L'incident avait entraîné une interruption totale du trafic durant 40 minutes et l'engin avait dû faire demi-tour, les passagers étant débarqués et les bagages fouillés. 


Le vol avait finalement pu être opéré en soirée par un avion et un équipage en provenance d'un aéroport de Londres. "Bien que les autorités aient annoncé une levée de doute, l'équipage n'était pas en mesure d'effectuer le vol et aucun équipage de remplacement n'était disponible" localement, avait alors expliqué easyJet.

Interdiction d'accéder à un aéroport

"A l'issue de sa garde à vue, il a été déféré au parquet de Rennes, et s'est vu remettre une convocation à comparaître devant le tribunal correctionnel à l'audience du 21 mai prochain pour répondre de ces faits qualifiés de communication de fausses nouvelles compromettant la sécurité d'un aéronef en vol", ajoute le parquet. Le jeune homme encourt une peine de cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. 


En attendant l'audience, il devra respecter un contrôle judiciaire qui lui impose de se présenter au commissariat de Rennes et aura en revanche l'interdiction d'accéder à un aéroport. L'étudiant "ne paraît pas atteint de trouble d'ordre psychologique, et est totalement inconnu des services de police. La motivation de son acte n'est d'aucune manière en lien avec une quelconque action terroriste", précise encore le parquet.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter