Alexandre Benalla et Vincent Crase remis en liberté sous contrôle judiciaire

Alexandre Benalla et Vincent Crase remis en liberté sous contrôle judiciaire

LIBÉRÉS - Incarcérés depuis une semaine pour ne pas avoir respecté le contrôle judiciaire qui leur interdisait d'entrer en contact, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont finalement obtenu leur remise en liberté ce mardi 26 février.

Alexandre Benalla et Vincent Crase ne sont plus en prison. Les deux hommes étaient incarcérés depuis une semaine pour ne pas avoir respecté le contrôle judiciaire qui leur interdisait d'entrer en contact dans l'enquête sur les violences du 1er mai 2018. Une décision à laquelle ils avaient immédiatement fait appel. Après l'échec d'un premier recours vendredi dernier auprès de la chambre de l'instruction, la cour d'appel de Paris a finalement cédé à leur requête.

Toute l'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

Lire aussi

C'est la révélation par Mediapart d'une conversation entre les deux hommes datant du 26 juillet - soit après leur mise en examen - qui avait conduit à leur détention préventive. Ils étaient incarcérés dans les prisons de la Santé et du Bois-d'Arcy. Alexandre Benalla s'est dit "heureux et soulagé" à sa sortie de prison, ce mardi soir. Vincent Crase a pour sa part quitté la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy (Yvelines) aux alentours de 21H, selon son avocat.

En vidéo

Alexandre Benalla s'est dit "heureux et soulagé" à sa sortie de prison

La cour d'appel de Paris a "infirmé l'ordonnance de révocation du contrôle judiciaire et de placement en détention provisoire" de l'ex-collaborateur du président Emmanuel Macron et de l'ex-salarié de la République en marche. "Les mesures du contrôle judiciaire des mis en examen reprennent leurs effets", a toutefois précisé le parquet général.

Face aux nombreuses réactions, le journaliste à l'origine de la révélation des enregistrements compromettants a tenu a réaffirmé l'authenticité des bandes et souligne que leur caractère clandestin "n'en fait pas pour autant une preuve irrecevable judiciairement." "Mon petit doigt me dit d'ailleurs que d'autres éléments extérieurs aux seuls enregistrements sont de nature à confirmer les informations de Mediapart" ajoute Fabrice Arfi dans un tread sur Twitter. "Patience, vous en saurez plus assez tôt..."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - À l'inverse de la France, l'Autriche a décidé de rouvrir les stations de ski pour Noël

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter