Alexandre Benalla mis en examen pour l'usage abusif de ses passeports

Justice

Toute L'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

JUSTICE - L'ancien collaborateur de l'Elysée a été mis en examen, vendredi 18 janvier, pour l'usage abusif de ses divers passeports, a fait savoir son avocate. Des passeports qu'il a été accusé d'avoir fait usage de faux pour les obtenir, là où il a assuré, lundi 21 janvier, qu'ils lui ont été "restitués".

Alexandre Benalla a été mis en examen "exclusivement" pour l'usage abusif de ses divers passeports après son limogeage de l'Élysée cet été, a annoncé son avocate vendredi soir à la sortie de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron du bureau parisien du juge d'instruction.

Selon Me Jacqueline Laffont, citée par l'AFP, son client a été mis en examen pour "usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle", mais il n'est pas poursuivi à ce stade pour les accusations de faux documents administratifs formulées par le directeur de cabinet de l'Elysée devant la commission d'enquête du Sénat.

Voir aussi

L'ex-collaborateur de l'Elysée avait été placé en garde à vue jeudi matin dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 29 décembre sur l'usage de ces passeports diplomatiques, qui avait été étendue mercredi à un possible faux en écriture pour un passeport de service à la suite de l'audition du directeur de cabinet de l'Elysée, Patrick Strzoda, par la Commission des lois du Sénat. 

Ce dernier avait déclaré devant les sénateurs que la demande du second passeport de service avait été faite par Alexandre Benalla au ministère de l'Intérieur, par une lettre à en-tête du chef de cabinet de l'Élysée, mais "dactylographiée" et non signée.  En clair, "nous soupçonnons une falsification faite par M. Benalla", avait affirmé M. Strzoda, avant de préciser que la justice avait été saisie.

Lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire au Sénat, le lundi 21 janvier, Alexandre Benalla a indirectement répondu à son ancien supérieur : "Je vous le réaffirme solennellement [...], je ne vous ai pas menti le 19 septembre lorsque je vous ai dit que mes passeports étaient à l'Élysée. [...] Ces passeports m'ont été rendus à nouveau début octobre 2018. [...] Ils n'étaient pas désactivés."

Lire et commenter