Le conseil d'administration de Renault refuse de verser une retraite chapeau (mirobolante) à Carlos Ghosn

Justice

Toute L'info sur

Carlos Ghosn : l’ex-patron de Renault rattrapé par les affaires

DÉCISION - Par le biais d'un communiqué, le groupe Renault a annoncé ce mercredi que l'ex-PDG Carlos Ghosn n'allait pas bénéficier d'une retraite chapeau, ses conditions de départ ne correspondant pas au versement d'une rente de la part du groupe.

Mardi, Franceinfo révélait que l'ancien PDG de Renault Carlos Ghosn avait fait valoir ses droits à la retraite en envoyant sa lettre de démission le 24 janvier dernier. Des droits qui devaient lui permettre de toucher une retraite chapeau de l'ordre de 765 000 euros par an à vie. Ce mercredi, le groupe Renault a tenu à apporter quelques précisions dans un communiqué de presse, indiquant que les conditions de départ de Carlos Ghosn ne permettent pas à ce dernier de bénéficier d'une rente. 


"Le Conseil d’administration a également constaté, s’agissant du régime de retraite à prestations définies, que les conditions de départ de M. Carlos Ghosn ne correspondent à aucun des deux cas d’ouverture de ce régime et qu’aucune rente ne pourra lui être versée à ce titre", révèle le communiqué, diffusé à l'issue du Conseil d'administration réuni ce 3 avril "afin de statuer sur les conditions financières" de l'ex-PDG.

Une conférence de presse de Ghosn le 11 avril

Dans le même temps, Carlos Ghosn a annoncé ce mercredi la tenue d'une une conférence de presse le 11 avril prochain, via un compte Twitter créé à cette occasion. "Je me tiens prêt à dire la vérité à propos de ce qui se passe. Conférence  de presse jeudi 11 avril", a-t-il écrit dans un court message, alors que plusieurs médias annoncent qu'il pourrait faire l'objet de nouvelles poursuites. 


L'industriel libano-brésilo-français avait été interpellé le 19 novembre dernier à Tokyo, au Japon, avant d'être inculpé par la justice du pays pour des accusations de malversations financières et d'abus de confiance. Il a finalement été libéré sous caution le 6 mars dernier, étant néanmoins contraint de ne pas quitter le Japon et d'y vivre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter