Assa Traoré porte plainte contre le préfet de police de Paris

Assa Traoré porte plainte contre le préfet de police de Paris
Justice

JUSTICE - Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré, a déposé ce jeudi plainte pour "dénonciation calomnieuse" et "faux en écriture publique" contre le préfet de police de Paris Didier Lallement. Lors de la manifestation du 13 juin pour son frère, la préfecture de police avait signalé des propos antisémites "scandés par les manifestants".

Assa Traoré ne compte pas en rester là. La sœur d'Adama Traoré, un jeune homme de 24 ans décédé le 19 juillet 2016 à la gendarmerie de Persan, après son interpellation à Beaumont-sur-Oise, a déposé plainte pour "dénonciation calomnieuse" et "faux en écriture publique", ce jeudi 18 juin, contre le préfet de police de Paris Didier Lallement, rapporte franceinfo. 

Une information confirmée sur Twitter par le comité "Vérité pour Adama", qui reproche à Didier Lallement la publication d'un tweet sur le compte de la préfecture de police de Paris. Le 13 juin dernier, lors de la manifestation contre les violences policières organisée à Paris, des propos antisémites avaient été entendus dans le cortège. La préfecture de police avait écrit "Sales juifs scandé par les manifestants", associant ainsi ses paroles aux milliers de personnes venues manifester. 

"Le préfet se rend coupable de dénonciation calomnieuse"

Le texte de plainte, qu'a pu consulter le site, précise que "Didier Lallement ne pouvait pourtant ignorer que les termes sales juifs n'avaient pas été scandés par les manifestants le 13 juin 2020 place de la République mais qu'un seul homme semblait avoir tenu de tels propos". Dans une vidéo captée par Valeurs Actuelles, qui évoque "des manifestants antiracistes ulcérés par une banderole", un homme répète par trois fois "sale juif" en direction des militants d'extrême droite du groupe Génération identitaire. Ceux-là même qui venaient de déployer une banderole "pour les victimes du racisme anti-blanc" sur un immeuble. En fin de manifestation, la porte-parole du comité avait d'ailleurs condamnés les propos.

Toute l'info sur

Mort d'Adama Traoré

Quatre ans d'expertises et de contre-expertises pour connaître la véritéAssa Traoré, la soeur devenue militante contre les violences policières

Une généralisation que n'a pas apprécié le comité "Vérité pour Adama", qui a écrit dans sa plainte qu'"aucun propos en ce sens n'avait été relevé mis à part celui, isolé, de la vidéo publiée par Valeurs Actuelles". Ce que confirme l'avocat d'Assa Traoré. "En affirmant dans un signalement au procureur de la République sur le fondement de l'article 40 du code de procédure pénale que 'les manifestants' avaient proféré des injures à raison de la religion, le préfet se rend coupable de dénonciation calomnieuse mais aussi du crime de faux en écriture publique puisqu'il a altéré la vérité dans un document officiel", a indiqué Me Yassine Bouzrou à franceinfo. "Le préfet de police a le droit d'être un mauvais préfet mais n'a pas le droit de commettre des infractions pénales."

Contactée par nos confrères, la préfecture de police de Paris a simplement rappelé qu"il est du devoir de chaque fonctionnaire de signaler toute infraction dont il a connaissance. Les injures à caractère raciste et antisémite en font partie".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent