Attaque à la mosquée de Bayonne : Claude Sinké mis en examen et placé en détention provisoire

Justice

JUSTICE - Dans un communiqué publié dans la soirée, mercredi 30 octobre, le procureur de la République de Bayonne a indiqué que l'octogénaire, qui a avoué être l'auteur de l'attaque contre la mosquée de la ville, a été mis en examen et placé en détention. Le matin, la médecine légale avait relevé chez lui "une altération partielle de son discernement".

La procédure judiciaire se poursuit. En début de soirée, Claude Sinké, l'octogénaire qui a avoué avoir tenté d'incendier la mosquée de Bayonne puis tiré sur deux fidèles, les blessant grièvement, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Dans un communiqué, le procureur de Bayonne a indiqué que le suspect, qui risque la réclusion criminelle à perpétuité, "a été mis en examen des chefs de tentatives d'assassinat, dégradation et destruction aggravées, violence avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique et violence avec arme"

Le matin même, le parquet avait indiqué que le mis en cause "avait fait l'objet d'une expertise psychiatrique", qui avait fait état d'une altération partielle de son discernement et/ou du contrôle de ses actes". "Compte tenu des éléments de l'enquête, le parquet national antiterroriste n'entend pas se saisir du dossier", avait ajouté le procureur Marc Mariée. Insuffisant, toutefois, pour que Claude Sinké soit hospitalisé ou que sa garde à vue et son interrogatoire ne cessent.

Lire aussi

Le parquet national antiterroriste n'entend pas se saisir du dossier- Marc Mariée, procureur de la République

Deux septuagénaires avaient été blessées lundi en milieu d'après-midi vers 15 heures alors qu'ils se trouvaient près de la mosquée de Bayonne par un homme qui leur a tiré dessus avec une arme à feu. Le suspect, âgé de 84 ans et ancien candidat du Front National, avait été interpellé peu après, devant son domicile de Saint-Martin-de-Seignanx.  

Au cours de ses premières heures de heures de garde à vue, Claude Sinké a déclaré aux enquêteurs de la police judiciaire avoir voulu "venger la destruction de la cathédrale Notre-Dame". "Pour lui, l'incendie de cet édifice a été provoqué par des membres de la communauté musulmane" avait fait savoir le procureur mardi au cours d'une conférence de presse. 

Voir aussi

L'octogénaire, au domicile et dans la voiture duquel des armes et grenades ont notamment été retrouvées, a affirmé n'avoir jamais eu "la volonté de tuer quiconque". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter